outre-mer
territoire

La Flamme de Rio #7: et pendant ce temps là, au club France....

jeux olympiques
club france
Les athlètes de l'Equipe de France prennent la pause au Club France de Rio ©La1ere
Et pendant ce temps là on croise les athlètes français au Club France, dont Jeaninne Assani-Issouf, l'unique Mahoraise de ces Jeux. Toute une équipe qui, entre deux poses pour les photographes,  répond à la presse, et converse  avec de jeunes malades hospitalisés à des milliers de kilomètres de Rio.

#Mayotte prépare son entrée en scène

C’est la seule athlète mahoraise du village olympique. Jeanine Assani-Issouf, 23 ans est originaire de M’tsamboro à Mayotte  mais est née et a grandi dans l’Hexagone. Il n’empêche que toute sa famille, et de nombreux Mahorais attendent avec attention son entrée dans la compétition du triple saut, samedi 13 août.

Une attente qui a surpris l’athlète, mais qu’elle ne vit en aucun cas comme une pression. Après s’être excusée pour sa timidité ,“si je ne parle pas n'hésitez pas à me relancer!”, elle a accepté de se prêter au jeu du Facebook live.

#Les athlètes au Club France

Jeanine Assani-Issouf se trouvait ce mercredi au Club France, le lieu de rencontre de tous les athlètes français, où ils peuvent venir fêter les médailles, parler à la presse ou tout simplement boire un verre, pour le plus grand bonheur des touristes ayant obtenu un billet d’entrée, émerveillés de croiser ici Jean Galfione, là Jimmy Vicaut.
Ils n’étaient pas nombreux à braver le crachin et le froid qui sévissait sur Rio mercredi, mais les plus courageux ont pu croiser l’équipe de France d’athlétisme au complet, venue à la rencontre de la presse française.

Et ceux qui ne sont pas sur place peuvent aussi découvrir les lieux. C’est le cas de jeunes malades, hospitalisés à Lyon, qui peuvent s’entretenir avec les athlètes et même découvrir les lieux via la visioconférence; l’écran grâce auquel ils conversent étant doté d’un pied roulant…
Aperçues également sur place, Cynthia, Odile et Nadia. Les deux premières sont originaires de la Guadeloupe et de la Martinique, la troisième du Cameroun. Toutes les trois sont danseuses et exécutent leur spectacle chaque jour à 17 heures, dans l’enceinte du club France.

danseuses
De gauche à droite, les danseuses Cynthia, Nadia et Odile, ©La1ere

#Dernier tour pour Balmy

Il n’y a pas que le temps qui était morose mercredi. Les résultats des athlètes ultramarins également. La nageuse Coralie Balmy et ses co-équipières  du relais 4X200m ont échoué à se qualifier pour la finale. C’était la dernière course de la Martiniquaise, qui souhaite désormais rentrer sur son île natale et s’investir dans la protection de l’environnement ensuite. Ses coéquipières ont tenu à marquer le coup, en se regroupant autour de la médaillée de bronze aux JO 2012.

balmy
Charlotte Bonnet, Cloe Hache, Margaux Fabre et Coralie Balmy à l'issue durelai 4x200m ©Martin BUREAU / AFP

#La mécanique Axel Augis

Autre espoir douché, ceux de la Guadeloupéenne Ysaora Thibus, éliminée en quart de finale du fleuret individuel, et du gymnaste guadeloupéen Axel Augis, qui termine 21e sur 22 au concours général individuel. deux chutes, "des erreurs bêtes", l’une à la barre fixe et l’autre au cheval d'arçon ont stoppé rapidement tout espoir de médaille. Difficile ensuite pour lui de garder la motivation pour les agrès suivants. “Tu les fais mécaniquement. Tu sais dès la première chute que c’est terminé”, a-t-il reconnu.

Son programme désormais:  encourager l’équipe féminine de gymnastique, les copains, et surtout pas rester au village olympique “j’en ai marre là du village, c’est trop long”.


#Athlètes on line

Les athlètes sont nombreux à faire usage des réseaux sociaux pour raconter leur quotidien, leur espoirs, et leurs coups de gueule. Ils sont tous connectés, et les suivre, c’est un peu comme vivre les Jeux dans leurs yeux… De nombreux exemples de ces athlètes connectés sont à lire ici.

#Le journal des Jeux

Le Journal de Jeux #7











Publicité