Le gouvernement annonce des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité à Mayotte

france
Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu
Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu ©Denis Meyer / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Ce jeudi 11 février, les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer ont annoncé l'envoi à Mayotte de policiers et de gendarmes supplémentaires "afin de faire respecter le confinement en vigueur depuis le 5 février dernier et de lutter contre l’immigration illégale".

Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu annoncent dans un communiqué conjoint ce jeudi 11 février l'envoi à Mayotte de forces de sécurité supplémentaires "afin de faire respecter le confinement en vigueur depuis le 5 février dernier et de lutter contre l’immigration illégale."

Concrètement, les deux pelotons de gendarmes mobiles déjà déployés à la suite des trois meurtres commis fin janvier, resteront à Mayotte "tant que leur présence sera nécessaire". Par ailleurs, d'ici mars, 20 policiers supplémentaires arriveront dans le 101ème département et d'ici l'été 2021, 13 gendarmes supplémentaires seront déployés, "permettant le renforcement des forces de sécurité intérieure déjà présentes".

Renforcement de la surveillance

Afin de lutter contre l'immigration clandestine, le gouvernement annonce le maintien en continu de trois intercepteurs des forces de sécurité intérieure. "Ces moyens de surveillance et d’interception des kwassas viennent se rajouter aux moyens prévus dans le cadre de l’opération Shikandra sur la terre et dans les airs, à travers une surveillance aérienne de la zone maritime au large de Mayotte, mise en place par le préfet."

Soutien aux services de santé

Enfin, les deux ministres annoncent qu'une mission d’évaluation de la sécurité civile est arrivée aujourd'hui à Mayotte "pour étudier la mise en place d’un Élément de Sécurité Civile Rapide d'intervention Médicale (ESCRIM), afin de renforcer les capacités hospitalières en cas de saturation des hôpitaux, notamment en soins intensifs. Les personnels de la sécurité civile pourront également accompagner les populations les plus fragiles et les plus touchées par la circulation du virus dans l’île."