Les modalités de voyage entre les Outre-mer et l'Hexagone depuis l'allègement des restrictions sanitaires

transports
Motifs impérieux avion
Prendre un vol entre les territoires ultramarins et la France métropolitaine s'est parfois avéré compliqué pendant ces deux années de crise sanitaire. Depuis le 1er avril, plusieurs départements et collectivités d'Outre-mer ont allégé les conditions de voyage. Outre-mer La 1ère fait le point.

Malgré une levée générale des restrictions sanitaires en France et dans les territoires ultramarins, la situation est encore loin de revenir à la normale pour les voyageurs voulant relier l'Hexagone et les départements et collectivités d'Outre-mer.

Des restrictions existent toujours selon le statut vaccinal et le sens du voyage (Hexagone - territoire ultramarin ou territoire ultramarin - Hexagone).

Bien que les règles divergent selon les territoires, un schéma général se dessine en ce qui concerne les voyages entre les Outre-mer et la France métropolitaine : les personnes non-vaccinées doivent présenter un test négatif avant embarquement, ainsi qu'un motif impérieux dans la plupart des cas et peuvent avoir à s'isoler sept jours une fois atterri ; les personnes vaccinées n'ont presque aucune contrainte, si ce n'est qu'elles doivent également justifier d'un test négatif lorsqu'elles se rendent dans les territoires ultramarins, mais pas lorsqu'elles volent en direction de l'Hexagone.

Outre-mer La 1ère fait le point sur les modalités de voyage selon les territoires.

  • Martinique

Les personnes non-vaccinées ont encore plusieurs contraintes si elles veulent voyager, que ce soit dans le sens Martinique - Hexagone ou Hexagone - Martinique.

D'abord, il faut justifier d'un motif impérieux d'ordre personnel, professionnel ou médical pour effectuer la liaison entre les deux territoires. Sans être vacciné, il est donc impossible de se rendre en Martinique pour les vacances, par exemple.

Par ailleurs, le voyageur non-vacciné doit présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures ou un test antigénique négatif de moins de 48 heures avant l'embarquement (dans les deux sens). Un test peut également être réalisé à l'arrivée.

Pour les vaccinés, plus besoin de test pour se rendre en France métropolitaine. En revanche, il faut prouver que l'on est négatif au Covid-19 dans le sens Hexagone - Martinique.

  • Guadeloupe

Il faut également justifier d'un motif impérieux si l'on veut voyager entre la Guadeloupe et l'Hexagone (et inversement), en cas de schéma vaccinal incomplet.

En ce qui concerne le dépistage, un test négatif (PCR ou antigénique) de moins de 24 heures doit être présenté avant l'embarquement, que l'on soit vacciné ou pas dans le sens Hexagone - Guadeloupe. Un certificat de rétablissement du Covid-19, qui prouve que l'on a été positif il y a plus de 11 jours, peut également être utilisé comme justificatif.

Dans l'autre sens (Guadeloupe - Hexagone), aucun test n'est demandé pour les personnes vaccinées. Il est en revanche obligatoire pour les non-vaccinés, et doit dater de moins de 72 heures pour un PCR et de moins de 48 heures pour un antigénique.

Dans les deux sens, les personnes qui ne peuvent justifier d'avoir été complètement vaccinées contre le Covid-19 doivent par ailleurs déclarer sur l'honneur qu'elles acceptent qu'un test de dépistage soit réalisé à l'arrivée du vol, et qu'elles s'engagent à s'isoler 7 jours, que ce soit sur l'île ou en France métropolitaine.

  • Guyane

Pour se rendre en Guyane depuis la France métropolitaine, le motif impérieux est demandé pour les personnes non-vaccinées contre le Covid-19. Un test PCR ou antigénique négatif est demandé à tous les voyageurs. Celui-ci doit être effectué moins de 24 heures avant l'heure d'embarquement. Les non-vaccinés doivent attester sur l'honneur qu'ils s'isoleront 7 jours une fois arrivés en Guyane.

Dans le sens inverse (Guyane - Hexagone), aucune contrainte ne pèse sur les personnes présentant un schéma vaccinal complet. Les autres doivent justifier d'un motif impérieux, d'un test négatif (moins de 72 heures pour un PCR, moins de 48 heures pour un antigénique) et s'isoler 7 jours à l'arrivée.

  • Saint-Pierre et Miquelon

Dans l'archipel, seule la durée de validité du test négatif a été modifiée fin mars par les autorités locales. Désormais, pour voler vers Saint-Pierre et Miquelon, le test négatif doit être réalisé au moins 72 heures avant l'embarquement s'il est PCR, ou 48 heures s'il est antigénique. Avant, le dépistage devait s'effectuer 24 heures avant le vol.

Les anciennes règles prévalent toujours : toute personne doit présenter un test négatif pour se rendre dans l'archipel ; les non-vaccinés doivent s'isoler 7 jours et réaliser un test PCR à la fin de la période d'isolement.

Pour voyager depuis Saint-Pierre et Miquelon vers la France métropolitaine, aucune contrainte n'est imposée aux personnes complètement vaccinées. Un test négatif est nécessaire pour les non-vaccinés. Attention néanmoins aux restrictions mises en place par le Canada pour les voyageurs transitant par ce pays pour se rendre dans l'Hexagone.

  • La Réunion

Comme pour les Antilles, les voyageurs en provenance, ou en direction, de La Réunion font face à des contraintes différentes selon leur statut vaccinal.

Ceux qui sont vaccinés n'ont qu'à effectuer un test PCR sous 72 heures ou un test antigénique sous 48 heures avant d'embarquer pour se rendre dans l'île. Dans le sens Réunion - Hexagone, aucun test négatif n'est demandé aux voyageurs ayant eu trois doses de vaccin (ou deux doses, si la deuxième dose était il y a moins de 9 mois).

En revanche, pour les non-vaccinés, il faut à la fois présenter un test négatif (dans les deux sens), mais également justifier d'un motif impérieux. Il faut également se préparer à devoir effectuer un nouveau test au débarquement.

  • Mayotte

À Mayotte, les conditions de voyage sont similaires à celles de La Réunion : test négatif pour tout le monde pour se rendre sur l'île, mais pas pour les vaccinés lorsque le vol relie Mayotte à l'Hexagone ; les non-vaccinés doivent présenter un motif impérieux et se faire tester pour des vols dans les deux sens. Enfin, les non-vaccinés doivent s'engager à accepter qu'un dépistage soit réalisé à leur arrivée.

À noter que le test négatif doit être effectué sous 24 heures pour les voyageurs arrivant à Mayotte, contre 72 heures (pour un PCR) ou 48 heures (pour un antigénique) pour se rendre dans l'Hexagone.

  • Nouvelle-Calédonie

Pour se rendre en Calédonie, les voyageurs venant de France métropolitaine doivent :

- se faire tester 72 heures avant le vol pour un test PCR ou 48 heures pour un test antigénique

- réaliser un dépistage deux jours après leur arrivée sur le Caillou

- justifier d'un motif impérieux s'ils ne sont pas vaccinés

Plus besoin de remplir le formulaire de recensement ou de s'isoler pendant 7 jours après le débarquement.

Pour se rendre dans l'Hexagone depuis le territoire calédonien, les voyageurs non-vaccinés doivent :

- se faire tester

- justifier d'un motif impérieux

- signer une attestation sur l'honneur indiquant qu'ils acceptent de se faire dépister en arrivant en France métropolitaine et de respecter une septaine avec un nouveau dépistage à la fin de l'isolement

Les personnes vaccinées n'ont aucune contraintes.

  • Polynésie française

Face à l'évolution de la situation sanitaire dans l'archipel du Pacifique, les autorités polynésiennes ont simplifié les modalités d'entrée sur leur territoire.

Les voyageurs non-vaccinés doivent toujours justifier d'un motif impérieux pour se rendre en Polynésie. Mais ce justificatif est désormais contrôlé directement par les compagnies. Les voyageurs en provenance de l'Hexagone doivent donc télécharger un formulaire en ligne.

L'isolement de 7 jours des personnes qui n'ont pas reçu toutes leurs doses de vaccin, jusqu'à présent organisé par les services du Pays et de l'État, devient un auto-isolement.

Le dépistage à l'arrivée est suspendu. Seul un test négatif de moins de 24 heures est demandé à tous les voyageurs, peu importe leur statut vaccinal.