martinique
info locale

Le PPM est riche

politique
Le PPM
Les militants du PPM lors de leur dernier congrès en octobre 2012 ©www.chimirec.fr
Le Parti Progressiste Martiniquais est la formation politique qui reçoit l'aide publique la plus importante de Martinique. C'est ce que révèle la récente publication des comptes des partis, au journal officiel de fin décembre 2012.
Le journal officiel du 27 décembre 2012, publie l'avis de la CNCCFP, la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques pour l'année 2011. Un avis quelque peu décalé dans le temps mais qui est soumis à une longue procédure de contrôle et d'analyse des comptes des partis.

Le montant de l'aide publique affecté au financement des partis et groupements politiques est inscrit dans le projet de loi de finances et fait l'objet d'une répartition par décret. Ce montant est divisé en deux fractions égales :
  • une première fraction destinée au financement des partis et groupements en fonction de leurs résultats aux élections à l'Assemblée nationale.
  • une seconde fraction spécifiquement destinée au financement des partis et groupements représentés au Parlement.

Une grosse part au PPM

Le parti présidé par Serge Letchimy a bénéficié de l'aide budgétaire publique au titre de l'année 2011, d'un montant de 115 219 €.
Ses dirigeants ont déposé des comptes d'ensemble certifiés par deux commissaires aux comptes. La commission note cependant que le PPM ne paie pas ses cotisations sociales. "Aucun versement au profit des organismes sociaux sur les trois derniers exercices en dépit de l'emploi du personnel par votre association", précise la commission. "Les dettes sociales au 31 décembre 2011 sont de 17 862 € contre 14 249 € en 2010", ajoutent les commissaires.

Derrière les progressistes, les indépendantistes du MIM ont bénéficié de l'aide budgétaire publique au titre de l'année 2011 : 62 221€. Cette aide de l'état représente plus de 80% du budget du mouvement indépendantiste. Les comptes sont mêmes en excédent de 19 000€.

Liasses de billets
©archives-lepost.huffingtonpost.fr

Des aides disparates pour les autres

En dehors des sections locales du PS et de l'UMP, les autres formations politiques ne décrochent une aide publique que grâce à certains parlementaires. Le Rassemblement Démocratique Pour la  Martinique de Claude Lise a obtenu 49 195 € car l'ancien président du conseil général était encore sénateur jusqu'en septembre 2011.

Le Mouvement Libéral Populaire, pourtant très minoritaire sur la scène politique locale, bénéficie de l'aide budgétaire publique au titre de l'année 2011 : 46 892 €, grâce semble-t-il à un parlementaire qui préfère garder le secret. Enfin, Bâtir le Pays Martinique, n'a reçu que 4 898 €.

La commission ne dispose pas, pour l'instant de la liste définitive des nouveaux partis éligibles à l’aide publique au titre des dernières élections législatives. Ces partis devront déposer  leurs comptes certifiés 2012 à la commission avant le 30 juin 2013.
Des comptes qui vont vraisemblablement évoluer en faveur du MIM après les élections de ses deux députés en juin dernier. 

Publicité