Retour des arbitres et du sport roi

football
10 ème journée de la division d'honneur
Les spectateurs retrouvent les stades après quinze jours de frustration. ©Camille Alexandre
Après quinze jours de suspension, les arbitres reprennent le chemin des stades de football. La ligue planifie un nouveau calendrier qui tient compte de cette coupure rendue nécessaire pour enrayer le climat de violence autour des aires de jeu.
La ligue de football de Martinique qui avait décidé de l’arrêt des compétitions jusqu’au 28 janvier après une série d’incidents impliquant des arbitres se réjouit de leur retour sur les stades à l’occasion de mise à jour du championnat de division d’honneur.

Deux matches ce soir (20h). Assaut-Club Colonial à Saint Pierre et CS Bélimois-Golden Star au Lamentin. Fin de cette journée mercredi soir avec 4 matches dont le choc Aiglon du Lamentin-RC Riviére-Pilote.

Déjà confrontée à une baisse des licenciés et des spectateurs, la ligue de football a organisé une réunion de réflexion sur les violences et incivilités. L’arbitre de football Richard Matinda y était intervenu pour parler de son agression malgré des douleurs au niveau des lombaires. Il a une dizaine de séances de rééducation à effectuer depuis qu’il a reçu un coup de genou au dos de la part du saléen Jean-Michel Moufflet. Son retour à la compétition n’est pas pour bientôt.

Certains arbitres solidaires de leurs collègues qui perçoivent 45 euros pour un match ne sont pas convaincus par les propositions émises par la ligue, comme pacifier les bancs de touche. "Une telle mesure ne va pas faire avancer les choses", disent-ils. "Le mal est plus profond", selon d’autres. Il faut faire de l’éducation en amont. Et la ligue qui a déjà perdu plus de 4000 licenciés pour des raisons diverses ne peut pas à elle seule régler les maux d’une société martiniquaise devenue violente avec de plus en plus d’atteintes à l’intégrité physique.

Quant aux arbitres qui ont repris leur sifflet, ils font preuve de vigilance et font planer la menace d’un nouveau dépôt des sifflets s’il y a des incidents répétés sur les pelouses.