Des requins mutilés saisis sur un bateau de pêche du Venezuela

économie
requins mutilés
©Direction de la Mer Martinique
Les semaines se suivent et se ressemblent, cette fois encore, les services de l'état en mer, ont verbalisé l'équipage d'un bateau du Venezuela débarquant à la Martinique des requins mutilés alors que l'espèce est protégé.
Comme annoncé la semaine dernière après une autre inspection d'un autre bateau de pêche du Venezuela, les services de la Direction de la Mer et de la DAAF ont contrôlé  le navire de pêche vénézuélien le "Miss Yunaika", qui débarquait sa pêche  lundi matin au port de Fort de France.
 
Ce contrôle a révélé un débarquement de 160 kg de requins mutilés, dont les ailerons avaient été enlevés. Or, disent les agents des affaires maritimes,  "le requin est une espèce protégée et l’enlèvement des nageoires est strictement interdit par une recommandation de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA) et par le règlement européen n°1185/2003 du Conseil Européen du 26 juin 2003 relatif à l'enlèvement des nageoires de requin à bord des navires".
requins mutilés 2
©Direction de la Mer Martinique

 

 
Les ailerons ainsi retirés n’ont pu être retrouvés à bord du navire de pêche. Un procès verbal d’infraction a donc été dressé par l’Unité Littorale des Affaires Maritimes pour "mutilation, préparation ou transformation interdite d’espèces maritimes protégées" et les 160 kg de requins ainsi mutilés ont été saisis et détruits, selon les précisions des services de l'état.
 
La Direction de la Mer et la DAAF continuent de mener des contrôles sur les navires de pêche battant un pavillon non communautaire et débarquant leurs pêches au port de Fort de France. Ces contrôles portent notamment sur le respect des normes internationales et communautaires relatives à la lutte contre les activités de pêche illicite, non déclarée et non réglementée.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live