"Plus la canne est riche en sucre mieux elle est payée aux planteurs"

agriculture
Canne 1
La récolte de la canne à sucre à Trinité ©Martinique 1ère
Le feuilleton de la semaine s'intéresse à la récolte de la canne à sucre qui se pratique  par le biais d'une "récolteuse", un engin moderne qui remplace les coupeurs de canne notamment dans les plaines.
Dans ce premier épisode, les étapes importantes sont passées en revue : La récolte à l'aide d'une machine qui remplace l'homme, la pesée des camions qui alimentent l'usine du Galion à Trinité et le "carottage", méthode qui consiste à prélever un extrait de la canne et de s'assurer de sa qualité.

Jusquà présent, le temps chaud est favorable aux planteurs car la chaleur garde à la canne sa richesse en sucre  et les planteurs savourent cette période car plus la canne est riche en sucre, mieux ils sont payés.

 

La canne à sucre représente la deuxième culture de la Martinique derrière la banane avec 4150 ha soit 13.7% de la surface agricole utile.

La surface cultivée est en progression de plus de 20% sur les 20 dernières années après plusieurs années de déclin. Elle est ainsi passée de 3700 ha en 2005 à 3950 ha en 2007 puis 4150 ha en 2009. Cette progression rapide s'explique par la forte valeur ajoutée du rhum produit et le renchérissement des cours mondiaux du sucre.

En 2009, la canne a produit en Martinique plus de 220 000 tonnes dont 40% ont été destinées à la production de sucre dans l'usine du Galion (89 476 tonnes de canne pour 5'564 tonnes de sucre et 15'000 HAP de rhum industriel), le reste étant consacré à la production de rhum agricole (80 000 HAP).

180 planteurs cultivent la canne avec des phénomènes de concentration importants puisque les exploitations de plus de 50 ha représentent 6% des exploitations tout en représentant près des ¾ de la surface cultivée. Ce phénomène de concentration se poursuit avec un nombre de planteurs passé de 217 en 2006 à 180 en 2008.

(données IEDOM 2007,2008 & 2009)1