Des sanctions exemplaires demandées à l'endroit du député Vialatte

politique
vialatte
©Martinique1ere
Le tweet de trop : Jean-Sébastien Vialatte suscite aujourd'hui de nombreuses réactions suite à ses propos, considérés comme racistes, sur twitter. A lire également la condamnation du comité devoir de mémoire Martinique.
A droite comme à gauche, les hommes politiques martiniquais condamnent les propos du député UMP de la 7ème circonscription du Var, Jean-Sébastien Vialatte. Le député s'était exprimé, suite aux incidents survenus au Trocadéro après le sacre du Paris Saint-Germain, en affirmant sur un réseau social que les casseurs étaient sûrement des descendants d'esclaves.

Le député Serge Letchimy (PPM), mais également Fred-Michel Tirault, actuel secrétaire départemental de l'UMP, demandent des sanctions exemplaires à l'endroit de Jean-Sébastien Vialatte, malgré les excuses formulées par ce dernier.




Hier, devant les nombreuses réactions suscitées par son tweet, Jean-Sébastien Vialatte a souhaité s'excuser. Des excuses qui n'ont pas calmé les vives protestations des associations et des politiques de tous bords.
Les "excuses" du député
 


La condamnation du comité devoir de mémoire Martinique

Comité Devoir de Mémoire
Droit à la Mémoire, Droit au Devenir
comitedevoirdememoire@gmail.com


Le Comité Devoir de Mémoire de Martinique condamne avec force  les déclarations racistes  de M. Jean-Sébastien Vialatte, député UMP du Var à propos des violents affrontements survenus lors de la fête du Paris Saint Germain, champion de France de Ligue 1,  au Trocadéro.

Le député déclare : « Les casseurs sont sûrement des descendants d'esclaves ils ont des excses « Taubira va leur donner des compensations ».

De tels propos sont inadmissibles de la part d’un député élu par le peuple. Ils insultent, à quelques jours des dates commémoratives de l’abolition de l’esclavage, la mémoire de nos ancêtres esclaves et  témoignent de la présence des vieux démons racistes enfouis au sein de cette catégorie de personne.

Le Comité Devoir de Mémoire réclame que ces propos soient sanctionnés avec sévérité et exemplarité afin de décourager d’autres comportements de ce type.

Pour le Comité Devoir de Mémoire,
Son Président
Christian JEAN-ETIENNE