publicité

Le PPM se divise à Schoelcher

Daniel Chomet, conseiller régional de la majorité, membre dirigeant du Parti progressiste Martiniquais, est candidat à la mairie de Schoelcher, sans l'aval de son parti. Il se présentera contre le maire sortant Luc Louison Clémenté, qui pourtant fait partie de la même coalition.

Daniel Chomet aux côtés de l'une des co-listières © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Daniel Chomet aux côtés de l'une des co-listières
  • Par Joseph Nodin
  • Publié le , mis à jour le
D.Chomet candidat
DMCloud:120653

Daniel Chomet ne laisse plus passer son tour. Si l'actuel maire a gagné la mairie de Schoelcher en 2008, c'est grâce à son retrait assure-t-il. En 2011, il n'avait pas reçu l'investiture du Parti Progressiste Martiniquais pour les cantonales ."Je serai candidat à la mairie de Schoelcher et personne ne m'en empêchera", avait-il alors déclaré. Aujourd'hui, Daniel Chomet, membre du comité national du parti, conseiller régional, est officiellement candidat à la mairie de Schoelcher, sans l'aval de son parti.

Le PPM déplore 

Au PPM, Serge Letchimy et les autres dirigeants déplorent la candidature de Daniel CHOMET "qui est une initiative personnelle et qui ouvre une brèche dans les dispositions prises par le Parti  pour les élections municipales à venir", écrit Didier Laguerre, le secrétaire général.  Daniel Chomet est loin d'être isolé, car des militants du PPM, des conseillers régionaux de la majorité, des partisans d'Alfred Almont, l'ancien maire de droite figuraient à ses côtés lors de sa présentation dans un hôtel de Schoelcher.

Les limites de la coalition

La direction du PPM constate qu'une division est en train de naître au sein de sa famille politique. Division qui met à mal non seulement le parti mais aussi la coalition : "Ensemble Pour Une Martinique Nouvelle". Daniel Chomet explique que sa candidature est "une volonté de faire primer la démocratie sur les alliances politiciennes". Des situations similaires avaient fragilisé la coalition autour de Serge Letchimy en 2012, à l'occasion des législatives. Quelques mois après, c'est la même chose, à croire que  Serge Lechimy et les siens n'avaient pas suffisamment pris la mesure du problème.
Une salle pleine, composée de militants du PPM et d'adjoints de l'ancien maire de droite de Schoelcher. © ticaze
© ticaze Une salle pleine, composée de militants du PPM et d'adjoints de l'ancien maire de droite de Schoelcher.





Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play