"Kantik la pati" (les chants de Noël commencent)

chanté nwèl
Kantik
Début des "chanté nwèl" avec les fanatiques du groupe "anrita" ©Martinique 1ère
La semaine après la Toussaint marque le début des chants traditionnels de Noël (kantik Nwèl). Samedi dernier, au Carbet, le groupe "anrita", constitué de défenseurs de la tradition, a lancé cette longue et belle séquence qui nous mène à Noël.
Chaque année, l'association "anrita" débute la saison des chants de Noël dans une ferveur bon enfant. Le groupe composé au départ de parents s'est renforcé au fil des années, pour devenir un cercle des défenseurs de la tradition de Noël à la Martinique avec une particularité qui semble séduire. "Nous accordons une importance particulière au public. Le public ne vient pas nous écouter, il vient jouer avec nous", dit Georgy Sarotte, président de l'association.

 

La Martinique comme la Guadeloupe ont gardé, à l’instar des campagnes françaises, une tradition dont l’origine remonte au Moyen Age, qui regroupe voisins, amis, parents, enfants et qui s’est perpétuée au cours des siècles : " chanté Nwèl".

Chants d’amour et d’espoir, célébrant la venue du Christ, ces cantiques sont entonnés en principe à partir du premier dimanche de l’Avent. Dans le calendrier catholique, les trois semaines de l’Avent sont consacrées à la préparation des cérémonies préparant la naissance du Christ.

Autrefois, dans les cases les plus humbles, comme dans les plus belles maisons on se réunissait dès le coucher du soleil autour d’une table éclairée par une lampe à pétrole, un « lampion », une bougie ou sous la lumière crue d’une lampe électrique pour chanter en chœur ces cantiques.

Aujourd'hui de nombreux groupes se sont créés pour chanter Noël et la foule est nombreuse à venir les écouter mais aussi reprendre en choeur ces chants mélodieux.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live