(VIDEO) Les catholiques manifestent contre la décision de l'évêque

religion
Manifestation des catholiques
Entre 300 et 400 catholiques dans les rues de Fort de France ©Martinique 1ère
Entre 300 et 400 catholiques ont manifesté dans les rues de Fort de France ce samedi matin. Ils s'opposent à la décision de l'évêque de sanctionner cinq prêtres qui dénoncent les agissements, jugés équivoques, du vicaire général. L'évêque réplique et attend le pardon de ces prêtres.
A l'issue d'une manifestation spontanée, des catholiques de toutes conditions ont dit non à l'évêque Michel Méranville. "La décision de sanctionner les cinq prêtres est arbitraire", a t-on entendu entre la cathédrale et l'église des Terres-Sainvilles, ce samedi matin à Fort de France.

Dans le cortège, des enfants, beaucoup de femmes et des hommes. Politiques, syndicalistes, avocats, huissiers, artisans, retraités ou demandeurs d'emploi, prétendent défendre la même cause : celle des cinq prêtres sanctionnés par leur chef pour avoir révélé, les agissements jugés équivoques, du vicaire général, Jean-Max Renard. 

Après une marche ponctuée de slogans, tels que : "Le temps de la colonisation est passé", les manifestants ont été rejoints par d'autres à l'église des Terres-Sainvilles, dans une grande prière. Ils demandent à l'évêque Michel Méranville de revenir sur ces sanctions et, disent-ils en substance, d'examiner le fond de l'affaire...
Manifestation des catholiques
©Martinique 1ère
Manifestation des catholiques
Plusieurs centaines de catholiques à l'intérieur et sur le parvis de l'église des Terres-Sainvilles. ©Martinique 1ère
Manifestation des catholiques
©Martinique 1ère

L'évêque attend le pardon des cinq prêtres 

Actuellement à Rome pour une cérémonie prévue de longue date, l'évêque de Martinique justifie sa décision et demande à tous les prêtres de lire la lettre adressée à tous les catholiques de l'île. L'un des passages de cette missive, indique l'état d'esprit du chef de l'église catholique martiniquaise : "Déjà gravement blessés par le lynchage médiatique d’un prêtre mis en cause par ses confrères dans le but de lui barrer la route à l’épiscopat, les chrétiens le seraient davantage encore si ces mêmes prêtres continuaient leur ministère sans une demande de pardon à la communauté qu’ils ont scandalisée", écrit l'évêque.
Voici l'intégralité de la lettre.