martinique
info locale

Chikungunya : affluence aux urgences pédiatriques

chikungunya
Chikungunya-Enfant
©Guadeloupe1ere
En Martinique, comme en Guadeloupe, l'épidémie de Chikungunya continue sa progression également chez les enfants en bas âge. Face aux symptômes de la maladie, les parents, inquiets et impuissants, se rendent très souvent aux urgences pédiatriques.   
31 720 cas recensés depuis décembre 2013 et 2 612 cas de plus cette semaine en Martinique : l'épidémie de Chikungunya continue sa progression et la saison des pluies pourrait ne pas améliorer les choses. Les enfants en bas âge sont également touchés par la maladie et les parents, désarmés, consultent les urgences pédiatriques aux premiers symptômes inquiétants.
Voir l'exemple des urgences du CHU de Pointe-à-Pitre

Le chikungunya aux Antilles-Guyane : Bulletin du 26 mai au 1er juin 2014 (Semaine 2014-22) 

 
 
Préconisations de l'ARS
Prise en charge du nouveau-né
Une surveillance néonatale prolongée de sept jours est mise en place lorsque la mère accouche dans
un contexte évocateur. En cas de virémie positive confirmée chez la mère, le nouveau‐né naît avec
une virémie indétectable, le risque de maladie néonatale est alors de 1/2 et le risque de maladie
néonatale sévère (encéphalopathie, troubles hémodynamiques) de 1/4, après une durée
d'incubation médiane de 4 à 5 jours ce qui justifie un séjour en maternité minimum de cinq jours.
Les éléments cliniques à surveiller chez le nouveau‐né sont la température corporelle, la qualité de la
tétée, la douleur, l'état cutané (rash, œdème des extrémités).

NB : il paraît licite en période d'épidémie d'interroger toute parturiente sur l'existence de symptômes
dès sa présentation en salle d'accouchement. La symptomatologie peut également se révéler plus
tardivement, à domicile, vers J4‐J5.

Prise en charge du nourrisson (après 28 jours et jusqu’à 2 ans) et de l’enfant
• Les formes classiques sont traitées comme chez l’adulte, sans utilisation d’AINS chez les
nourrissons de moins de 3 mois ;
• Les formes atypiques ou compliquées doivent être orientées aux urgences hospitalières :
enfant hyperalgique malgré un traitement antalgique, éruption bulleuse extensive, troubles
hémodynamiques, déshydratation, intolérance alimentaire, convulsions, syndrome méningé.
Publicité