Les salariés de France-Antilles manifestent pour sauver leurs emplois

social
Banderolle France-Antilles
©E.Bellerose
Techniciens, personnel administratif et journalistes de France-Antilles ont manifesté dans les rues de Fort de France ce samedi matin. Ils affirment à la population que si le journal est en redressement judiciaire, c'est à cause des erreurs stratégiques de la direction.
Ce samedi matin, les salariés de France-Antilles se sont d'abord retrouvés à la maison des syndicats, sous la houlette de la CDMT, le syndicat le plus représentatif de la société, avant de défiler dans les rues de Fort de France. Tout au long du cortège, les manifestants ont dénoncé les stratégies de leur direction. "Les sociétés du groupe doivent plus de 12 millions d'euros à France-Antilles", ont-ils scandé."France-Antilles, c'est la maison mère, la vache à lait qui paie les charges de tout le monde", déclare avec colère, Christophe Laventure, délégué syndical du journal. 
La société qui gère le journal est placée en redressement judiciaire depuis le 30 septembre dernier par le tribunal de commerce de Fort de France. Un administrateur judiciaire a été nommé pour une période de six mois. Une période nécessaire à la restructuration de l'entreprise, précise le tribunal. La direction annonce un plan social avec au moins 50 licenciements, à l'imprimerie et à la rédaction, d'où ce samedi la colère des salariés et leur volonté de sauver leurs emplois.
Manifestation avec le soutien de la CDMT
(à gauche) Un délégué du personnel de France-Antilles et Philippe Pierre-Charles, secrétaire général de la CDMT ©E.Bellerose
Unis dans la revendication
Tous les corps de métier du journal dans la rue ©E.Bellerose
Défilé dans la ville
Départ à la maison des syndicats puis défilé dans les rues de Fort de France ©E.Bellerose