Les habitants de la Pointe Jean-Claude continuent leur mobilisation contre le projet de décharge

environnement
Barrage Pointe Jean-Claude Robert
Blocage de la route vers la Pointe Jean-Claude au Robert. ©LAV
À un an de l’ouverture programmée de la nouvelle décharge du Petit Galion, les habitants de la Pointe Jean-Claude manifestent à nouveau leur hostilité au projet.
Les semaines passent et l’ouverture annoncée pour mai 2016 de la future décharge fait toujours des remous à la Pointe Jean-Claude au Robert. Ce lundi matin (06 juillet), pendant toute la matinée, les riverains ont bloqué l’accès au quartier et à la carrière du Petit Galion, site du projet de la décharge.
 
"Nous voulons le bien-être chez nous", résume Nicole Vigilant, une riveraine. "Nous avons déjà les sargasses", rappelle Noémie Noléo, la vice-présidente de l’association C’ pli douvan et membre du comité de pilotage du projet. Elle ne veut pas davantage de nuisances qu’engendrerait l’ouverture de la décharge : le balai incessant des camions, la pollution de l’air et de l’eau...
Besoin d’une route
D’autres questions se posent, comme celle de la construction d’une route d’accès au quartier. "Nous essayons d’avancer rapidement sur le foncier dont la ville n’est pas propriétaire", explique Farell François-Haugrin, 1er adjoint au maire du Robert. "Nous attendons les résultats d’une enquête publique pour demander le transfert de la route en route communale. Très rapidement, nous allons avancer sur les études et sur le financement de ce projet. Il y a des délais administratifs qui sont parfois incompressibles. Nous essayons de réduire les délais pour les travaux".

Carrière Petit Galion au Robert
Dans un an, la carrière fera place à la nouvelle décharge de la Martinique. ©MARC BALSSA
Même s’ils ont peu d’espoir que le projet soit abandonné, ces Robertins de Pointe Jean-Claude comptent bien intervenir activement dans le dossier, pour le faire évoluer. Et les idées ne manquent pas. "Pourquoi n’ont-ils pas pensé à créer trois petites décharges, dans chaque communauté d’agglomérations : au nord, dans le centre et dans le sud ?" propose Jean Bocaly, membre de l’Assaupamar, qui est aussi un riverain. "Ça éviterait de concentrer sur un seul site l’ensemble des déchets de la Martinique". 

Pour le Syndicat Martiniquais de Traitement et de Valorisation des Déchets (SMTVD), il n’y a pas d’autres solutions. "Une étude faite en 1989 a démontré que il n’existait pas d’autres sites que la Pointe Jean-Claude qui présentent toutes les garanties techniques, et notamment en ce qui concerne l’étanchéité du site", justifie Judes Christine, le Directeur général des services du SMTVD. "C’est une ancienne carrière, avec de l’andésite, une roche dure qui permet de rendre le site étanche".
 
En attendant les prochains épisodes de ce feuilleton, la décharge du Petit Galion devrait ouvrir ses portes en mai 2016. Elle devrait pouvoir stocker trois millions de tonnes de déchets.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live