Trois personnes dont Catherine Conconne mises en examen dans le dossier des "vedettes Madinina"

justice
Protagonistes affaire Vedettes Madinina
Charles Conconne, Éric Mongerand (en bas) et Catherine Conconne, vice-présidente du Conseil Régional ©Martinique 1ère
Catherine Conconne, Charles Conconne et Eric Mongerand viennent d'être mis en examen dans l'affaire de la gestion de la société " les "vedettes Madinina", par un juge d'instruction du tribunal de Grande Instance de Fort de France.
Les deux anciens directeurs des "vedettes Madinina", Eric Mongerand et Charles Conconne, ont été entendus mercredi dernier (29 juillet) par le tribunal de grande instance de Fort de France. Catherine Conconne, vice-présidente du Conseil Régional, compagne d'Eric Mongerand, soeur de Charles Conconne, a été entendue, jeudi après-midi (30 juillet). Tous les trois sont mis en examen. Les deux anciens gérants pour détournements de fonds publics. Nous ignorons la qualification retenue contre Catherine Conconne, qui n'est pas employée de la société.

Une société souvent en difficulté

Çela fait plusieurs années que les vedettes Madinina naviguent sous mauvais temps. L'entreprise privée, chargée d'une mission de service public, a perdu beaucoup d'argent au point de se retrouver en liquidation judiciaire, le 10 mars dernier. Pour aider cette société de transport maritime à repartir, le Conseil Général a versé à ses dirigeants, deux subventions de 175 000€.

L'une pour son budget fonctionnement, l'autre pour réparer les bateaux. L'enquête de police a révélé que l'argent a été utilisé différemment. Réparation des bateaux avec la subvention sociale et inversement. Est-ce tout ? Une partie de ces sommes a-t-elle quitté les comptes de la société ? C'est ce que l'enquête devra déterminer. Les personnes mises en examen ou leurs avocats peuvent prendre connaissance du dossier et en demander une copie totale ou partielle. 

En attendant, les rotations maritimes continuent entre les Trois-Ilets et Fort de France jusqu'au 1er novembre. Le conseil général, qui a décliné tout commentaire, devrait alors attribuer ce marché à un autre prestataire.