martinique
info locale

Un élu de Sainte-Anne accusé dans une présumée affaire de prise illégale d'intérêts

environnement
Panneaux pubs
Des voix s'élèvent pour interdire ces panneaux ©Martinique 1ère
Des écologistes portent plainte contre l'affichage jugé illégal de panneaux publicitaires à Sainte-Anne. Un élu de la majorité municipale est même accusé de prise illégale d'intérêts.
Ce décor fait scandale à Sainte-Anne, pour certains ! Plusieurs panneaux publicitaires jalonnent la route départementale, quartier Beauregard, en direction des Salines (l'une des plus belles plages de l'île). "Installation non conforme à la législation en vigueur", selon Marcel Bourgade, président de l'Association Centre Caraïbéen du Développement Durable et Solidaire.

Une plainte vient d'être déposée au parquet de Fort de France. "Depuis le 30 mars 2014 (après les élections municipales, ndlr) nous avons vu apparaître des infractions en violation du code de l'environnement, de la loi paysage et de la loi de 1979 concernant l'affichage publicitaire. Nous avons des panneaux dans une commune de moins de 10 000 habitants, affichés comme dans une commune de plus de 10 000 ", argumente Marcel Bourgade.

Prise illégale d'intérêts ?

Plus grave encore selon l'association, ces panneaux seraient placés sur un terrain privé appartenant à un élu de la majorité actuel du conseil municipal de Sainte-Anne. "On a une présumée prise illégale d'intérêts, ces panneaux sont situés sur la propriété d'un élu de la majorité actuelle", soutient Marcel Bourgade, qui est resté proche de l'ancien maire de Sainte-Anne, Garcin Malsa.

L'après "Dean" déjà oublié ?

Compte-tenu des dégâts causés en Martinique par ce type de panneaux lors du cyclone "Dean" (août 2007) l'association "l'Arbre à vie" avait mené une campagne de grande ampleur pour inciter les autorités à les retirer. "Nous avions soulevé le problème que nous avions baptisé la lutte contre l'agression visuelle. Les panneaux publicitaires, il y en avaient trop. N'importe où, n'importe comment...", rappelle Emmanuel Marie-Luce, président de L'arbre à vie. Le cas de Sainte-Anne est une infraction pour lui également. Jean-Michel Gemieux, maire de la commune visée ne souhaite faire aucun commentaire pour l'instant.

Reportage :
Franck Edmond-Mariette /Guihem Fraissinet
Intervenants : 
Marcel Bourgade, président de l'Association Centre Caraïbéen du Développement Durable et Solidaire
Emmanuel Marie-Luce, président de L'arbre à vie

 

Publicité