Fusillade à Fort de France : "Un règlement de comptes aux méthodes venues d'ailleurs"

violence
Scène de crime
La fusillade aux Terres-Sainvilles, à Fort de France (mardi 2 février) est un règlement de compte ©Martinique 1ère
Une voiture qui correspond à celle utilisée pour l'assassinat d'Auguste Gabriel-Régis, mardi soir à Fort de France, a été retrouvée incendiée quelques kilomètres plus loin. Le procureur de la république confirme la thèse du règlement de comptes "avec des méthodes venues d'ailleurs", souligne-t-il. 
Une voiture de couleur blanche a été retrouvée calcinée dans le quartier Godissard à Fort de France, dans la nuit du 2 au 3 février, quelques heures après l'assassinat d'Auguste Gabriel-Régis, 32 ans, aux Terres-Sainvilles. Un véhicule démuni de plaque, volé en 2014. C'est visiblement celui qui a permis à une équipe de deux personnes de commettre ce crime qui choque l'opinion publique.
Le procureur de la République, Eric Corbaux confirme qu'il s'agit bien d'un règlement de comptes aux méthodes venues d'ailleurs
Deux hommes aux visages dissimulés, se sont présentés au volant d'une voiture de couleur blanche. Le passager est descendu et a ouvert le feu sur sa victime, avec une arme de 9 mm, probablement une arme automatique. La scène fut d'une violence inouïe...18 douilles ont été retrouvées sur le trottoir. 

Le tueur s'est acharné sur Auguste Gabriel-Régis en le poursuivant dans la rue avant de l'achever. La victime est un repris de justice  soupçonnée dans des affaires liées au trafic de stupéfiants. 

Quant à l'homme de 70 ans, victime collatérale de cette fusillade, il a été opéré avec succès, a confirmé le procureur et serait hors de danger. La police judiciaire poursuit son enquête pour retrouver les auteurs des faits.