Affaire Germé : les manifestants se disent "révoltés par l'injustice"

faits divers
Manifestation devant gendarmerie
Manifestation des partisans de Fabienne Germé devant la gendarmerie de Sainte-Luce (samedi 7 mai 2016) ©F. Defremont
Pas d'audition ce samedi matin (7 mai) à la gendarmerie de Saint-Luce pour Fabienne Germé qui devait être entendue dans le cadre d'une plainte déposée par la direction du Club Med pour intrusion illégale dans une enceinte commerciale.
La rencontre n'a pas eu lieu ce samedi matin (7 mai) à la gendarmerie de Sainte- Luce pour Fabienne Germé. Elle devait être entendue dans le cadre d'une plainte déposée par la direction du Club Med pour intrusion illégale dans une enceinte commerciale. Les faits se sont déroulés lors d'une manifestation de la CDMT le 26 avril dernier afin obtenir un rendez-vous avec la direction suite à la fin du contrat de la déléguée syndicale. Ce samedi matin le syndicat a voulu assister Fabienne Germé mais la procédure de la gendarmerie est tout autre. Les militaires prétendent qu'il n'est possible de recevoir que des avocats dans ce type d'affaire pénale.

Une poignée de militants de la CDMT (Centrale Démocratique Martiniquaise du Travail) de l'UFM, l'Union des Femmes de Martinique ou de l'association Culture Égalité, se sont mobilisés avec Fabienne Germé, tous se disent révoltés par ce qu'ils qualifient d'injustice.

Rupture abusive du CDD?

Fabienne Germé, déléguée syndicale "illégalement rayée de l'effectif du personnel du Club Med", selon la CDMT. "Ainsi le harcèlement de la victime continue tandis que l'auteur du délit premier se la coule douce et que la justice saisie par la victime prend tout son temps", ajoute sévèrement le syndicat.

Dans cette affaire, la direction a précisé en substance, que le contrat à durée déterminée de Fabienne Germé n'a pas été reconduit en vertu d'une décision propre à l'entreprise. Fabienne Germé pourrait être à nouveau convoquée ultérieurement par la gendarmerie ou par le tribunal. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live