publicité

Basse-Pointe dispose de son centre de santé

Basse-Pointe dispose désormais de son premier centre de santé. Deux médecins (dont un embauché pour l’occasion), et un dentiste y officieront. Une mesure importante qui permet de lutter contre les déserts médicaux dans cette région de l'île.

Le nouveau centre de soin dans la commune de Basse-Pointe (nord atlantique) © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Le nouveau centre de soin dans la commune de Basse-Pointe (nord atlantique)
  • Aurélie Treuil
  • Publié le
Basse-pointe, c’est seulement deux médecins pour 3500 habitants. Ramener au Grand Nord Atlantique, c’est pire encore. Trois médecins ont en charge un bassin de population de 8000 habitants. Il n’y a pas de généraliste à Grand-Rivière ni à Macouba et un seul à Ajoupa-Bouillon.

Dans le Nord Atlantique, il y avait au 1er janvier 2013, 56 médecins pour 100 000 habitants. Ils sont souvent concentrés dans les plus grandes communes comme Sainte-Marie ou Trinité. En France, ce chiffre s’élève à 106 médecins pour 100 000 habitants en moyenne.
Nouvel offre de soin à Basse-Pointe
Une nouvelle offre de soin dans la commune de Basse-Pointe pour faire reculer le désert médical  -  martinique  -  martinique

Augmentation du nombre de professionnels de santé 

Un déficit de personnel médical qui impacte la santé de la population, car la pénurie de médecins entraine des retards de diagnostics ou un mauvais suivi de certaines pathologies. L’inauguration d’un centre de santé à Basse-Pointe, c’est un peu l'arrivée du "messie" au milieu du désert médical.  Avec  l’embauche d’un troisième médecin à mi-temps et l’arrivée d’un dentiste les pointois et leurs voisins espèrent être mieux desservis.

Enjeu majeur pour l'État

Saint-Pierre dans le Nord Caraïbe (autre zone sous-médicalisée en Martinique) a vu l’implantation d’un centre de santé du même type en 2015. Cette meilleure  couverture médicale est un enjeu pour l’État. Plus de médecins, c’est moins de déplacements médicalisés et moins de pathologies graves. En outre, la fin des déserts médicaux devrait permettre à la Sécurité Sociale de faire des économies.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play