martinique
info locale

Le don d'organes est nécessaire mais les donneurs sont insuffisants en Martinique

santé
CHU Meynard Pierre Zobda Quitman
L'Hôpital Pierre Zobda Quitman ©MARTINIQUE 1ERE
L’Espace de Réflexion Ethique de Martinique organise une rencontre-débat sur le thème "la société martiniquaise face au don d’organes" jeudi 15 décembre à l'hôtel de l'Assemblée de la CTM. L'objectif est de mieux comprendre ce qu'est le don d’organes et pourquoi il est nécessaire.
"Le don d’organes est la mise à disposition d’une ou de plusieurs parties du corps d’une personne en vue d’une transplantation sur une autre personne. La greffe a pour objectif de remplacer ou suppléer un organe en défaillance sévère et irréductible, et dont la fonction est vitale."

À première vue, la définition est peut-être un peu austère, mais dans les faits, le don d'organe permet de sauver des vies. Pour la zone Antilles-Guyane, 214 patients étaient inscrits sur la liste d’attente en 2015. Le diabète et l’hypertension artérielle sont les deux pathologies les plus pourvoyeuses d’insuffisance rénale chronique terminale, qui est à l’origine de la majorité des besoins de greffe.
 

Un seul donneur permet souvent de greffer plusieurs malades

Mais pour pouvoir opérer, il faut des greffons. En 2015, aux Antilles-Guyane 6 patients sont décédés faute d’accès à une greffe rénale.Le Centre Hospitalier Universitaire de Martinique est autorisé à exercer les activités de prélèvement d’organes et de tissus (rein, cornées, valves cardiaques et gros vaisseaux) depuis 1997.

Dans l’immense majorité des cas, les donneurs sont des personnes en état de mort cérébrale (le sang ne circule plus dans le cerveau et les cellules cérébrales sont détruites de façon irréversible). Ce décès peut survenir suite à un arrêt cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une intoxication ou encore un accident de voie publique.
 

Faire le choix d'être donneur et le dire

La Martinique connaît l’un des plus forts taux d’opposition au prélèvement d’organes, 44,4 % contre 32,5% au niveau national en 2015. Ce refus serait d'origine surtout culturelle (manque d’information sur le but de la greffe, méconnaissance de la loi voire rapport au corps empreint d’influences culturelles et religieuses). 
 

L’Espace de Réflexion Ethique de Martinique organise une rencontre-débat sur le thème "la société martiniquaise face au don d’organes" jeudi 15 décembre à l'hôtel de l'Assemblée de la CTM
https://www.facebook.com/140386646445797/photos/a.140393946445067.1073741827.140386646445797/140393733111755/?type=1&theater
Publicité