Felix Jean-François, gérant de Jet Aviation Service, entrave l'entrée de l'aéroport

vie locale
Félix Jean-François a placé un véhicule qui entrave partiellement l'entrée de l'aéroport Martinique Aimé Césaire. ©Peggy Pinel-Féréol
Depuis 10h30 ce jeudi 21 avril 2022, le gérant de l'entreprise Jet Aviation Service, entrave partiellement l'entrée pour se rendre à l'aéroport Martinique Aimé Césaire. Une mobilisation pour signifier son "ras-le-bol" après plusieurs années de procédures judiciaires. Les accès ont été libérés avant 14h.

Un message d'excuse, puis un véhicule de piste avec une grande banderole, voilà ce qu'ont pu voir les personnes venues à l'aéroport Martinique Aimé Césaire ce jeudi 21 avril 2022. 

Équipé de son mégaphone, Félix Jean-François explique les raisons de cette entrave partielle. Les véhicules peuvent tout de même passer. 

Nous étions obligés d'agir comme cela. Nous sommes dans un état de droit. Je suis dans une procédure qui dure depuis 23 ans. J'ai gagné tous mes procès et aujourd'hui je demande à la Chambre de Commerce qui est à l'origine de mes déboires et qui avait ordonné la fermeture de mon entreprise à l'époque, sans titre exécutoire, la remise en état. Nous avons utilisé les recours qui sont en notre faveur et cela fait un mois que le cabinet du préfet m'a reçu. Toutes les semaines, il dit qu'il va me rappeler. 21 mars au 21 avril 2022, cela fait un mois donc j'ai dit non à cette violence morale. Je n'en peux plus et je demande un rendez-vous avec Monsieur Philippe Jock ( président de la CCIM) et le représentant de l'État pour remettre en état nos installations.

Félix Jean-François

Félix Jean-François ©Peggy Pinel-Féréol

Le gérant se dit prêt à rester sur place tant qu'il n'obtiendra pas un calendrier pour les travaux. 

Je ne vais pas bouger. Cela fait des années que l'on me dit à chaque fois qu'il faut sortir et rien n'avance. Donc aujourd'hui, je resterai ici le temps qu'il faudra en attendant que le préfet assume pleinement ses responsabilités en tant que représentant de l'État et surtout garant de l'ordre public.

Véhicule de piste qui entrave le passage. ©Peggy Pinel-Féréol

Finalement, Félix Jean-François a levé son entrave peu avant 14h. Il souhaite rencontrer un représentant de la préfecture. 

Du côté de Philippe Jock, le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Martinique, c'est l'incompréhension. 

Depuis l'origine, j'explique à monsieur Félix Jean-François que s'agissant d'argent public, il ne peut y avoir d'indemnisation que s'il y a décision de justice. Des éléments en notre possession à la Chambre de Commerce, il apparaît que la société Jet Aviation service a été liquidée, qu'un recours a été introduit par monsieur Jean-François, que la Cour de cassation a cassé la décision initiale et a renvoyé vers le tribunal de commerce de Pointe-à-Pitre. Ce dernier à nouveau procédé à la liquidation judiciaire de la société. Donc pour nous les voies de recours sont épuisées. 

Philippe Jock, président de la CCIM