La profession d'avocat s'adapte à l'évolution de la société martiniquaise

justice
conférence du barreau
Maitre Dominique Nicolas, bâtonnier de l'ordre lors de la conférence du barreau (le 20 mai) ©JCS
La 16e conférence du Barreau de Fort-de-France s'est tenue ce vendredi 20 mai au palais des congrès à Schoelcher. Dominique Nicolas, le bâtonnier, dans son discours a mis l'accent sur l'indépendance l'un des principes essentiels de la profession d'avocat avec la dignité, la probité et l'humanité.
Le bâtonnier Dominique Nicolas, dans son discours de la seizème conférence du Barreau de Fort-de-France a mis l'accent sur l'indépendance l'un des principes essentiels de la profession d'avocat avec la dignité la probité et l'humanité. "La société martiniquaise, a comme la société française, évolué avec le monde" précise le bâtonnier de l'ordre des avocats. "Sans renier l'héritage, c'est une véritable rupture qui doit s'opérer très vite face à la grande transformation de la société qui est en marche, de telle sorte que les avocats soient performants et accessibles au plus grand nombre, à un cout supportable".

Cette seizième conférence du Barreau de Fort-de-France le vendredi 20 mai au palais des congrès à Schoelcher avait pour thème : Des résistances aux abolitions, quel héritage ?.  

Quatre jeunes avocats (Ludovic Romain, Alexandra Chalvin, Katia Régis et Jiovanny William) ont présenté des plaidoiries sur le thème de l'abolition de l'esclavage. 

(Re)voir le reportage de Nathalie Jos - Patrice Chateau-Degat 
16e conférence du barreau de Fort-de-France