martinique
info locale

Législatives 2017 : Yan Monplaisir réfléchit

élections
Yan Monplaisir
Yan Monplaisir se donne le temps de la réflexion avant d'annoncer s'il sera ou pas candidat pour la circonscription Nord. ©DR
Alors que les candidats déclarés aux élections législatives se font connaître, la confirmation d’une candidature pour le nord de l’île, se fait attendre. Yan Monplaisir, l’un des hommes forts de la droite martiniquaise et membre du Gran Sanblé pou Ba Péyi a an chans ne s'est toujours pas prononcé. 
On l’a connu beaucoup plus décidé, mais depuis quelque temps, Yan Monplaisir semble vouloir prendre son temps. Le temps de la réflexion pour savoir ce qu’il veut faire pour son pays et comment être efficace pour la Martinique. C’est peut-être pour cela qu’aujourd’hui, il paraît plus hésitant, quant à sa participation aux législatives dans la circonscription du Nord.
Pourtant, vers septembre, celui qui est actuellement vice-président de l’Assemblée de Martinique, disait n’avoir aucune hésitation quant au scrutin de juin prochain, fort de ses scores réalisés lors d’élections précédentes.

Depuis, il y eut de nouvelles données

Bruno Nestor Azerot a déclaré briguer sa succession. Justin Pamphile, maire du Lorrain est en lice avec Ensemble Pour une Martinique Nouvelle. Autant de facteurs qui ne freinent pas Yan Monplaisir. Il clame ne rien redouter, en tout cas pas en politique.
Seulement, il veut d’abord comprendre comment il pourrait travailler avec le président qui sera élu à l’Élysée, quelques semaines auparavant. Lui, le sarkoziste qui a vu son favori éliminé, devra composer avec François Fillon. Établir des passerelles avec lui, si c’est ce dernier qui l’emporte.
Yan Monplaisir sait aussi qu’être élu à l’Assemblée nationale, ce serait quitter la vice-présidence de la CTM. Or, il considère qu’il y joue un rôle de rassembleur au sein d’une coalition plutôt hétéroclite. Ça aussi, à ses yeux, ça compte. 

Il le réaffirme : il est en pleine réflexion. Sa décision, il la prendra avant le mois de mars, car après, cela n’aurait plus aucun sens, selon lui.
Publicité