Les cyclistes de Martinique envisagent de se mobiliser pour leur sécurité

cyclisme
Réunion cyclisme
La réunion rassemblait les membres des deux clubs du Saint-Esprit et certains coureurs. ©Martinique la 1ère

L'union fait la force, un adage que souhaite mettre en pratique les membres du Vélo Club Spiritain. Accompagnés de l'Union Cycliste Spiritaine, l'autre club du Saint-Esprit, ils ont organisé une réunion lundi 7 juin. Il s'agissait d'échanger et d'organiser les actions pour mieux partager la route.

Cette réunion entre les membres du Vélo Club Spiritain (VCS) et ceux de l'Union Cycliste Spiritaine (UCS) est la première étape de cette mobilisation. Les deux clubs du Saint-Esprit ont tous les deux subi des accidents entre coureurs à vélo et automobilistes.

Trois coureurs du VCS ont été fauchés par un véhicule sur la route entre le Robert et Le Lamentin dimanche 6 juin 2021. L'un est décédé et un autre est hospitalisé dans un état grave. 
Un nouvel incident alors qu'en mars dernier, c'était le champion Mickael Laurent qui avait été renversé par une voiture au François alors qu'il s'entraînait.

Je pense que nous les cyclistes, nous commençons à en avoir marre. Beaucoup de cyclistes se font frôler, heurter.

 

Les gens ne comprennent pas que la route doit se partager et il faut impérativement faire une manifestation pour nous rassembler et être solidaire et montrer aux automobilistes qu'on est capable de faire des choses et faire comprendre que la route doit se partager.

 

Pour pouvoir avancer et être uni, il faut faire cette manifestation.

Frédéric Icare, président VCS


Ainsi, l'ensemble des présidents de club de Martinique et les coureurs ont prévu une nouvelle rencontre ce jeudi 10 juin 2021 18h30 au foyer Fit-Duval du Saint-Esprit.

À la question que faut-il faire ? La réponse du président reflète des efforts sur le court, le moyen et le long terme. 

Il faut des infrastructures, c'est sûr. Il faut que les élus nous aident pour cela. Mais il faut aussi que les gens comprennent donc il faut de la pédagogie.

 

La route n'appartient pas uniquement aux automobilistes, elle est un peu aussi aux piétons, aux cyclistes, aux motards. Donc il faut que les gens puissent comprendre cela.  Faire des spots, des manifestations de sensibilisation.

 

Sur le tour de Martinique, par exemple, on peut montrer aux gens qu'on a le droit d'être sur la route et qu'il faut qu'ils comprennent ça. 


Selon les organisateurs, "une invitation sera adressée au président du comité régional cycliste".