Les lycéens de Martinique restent mobilisés... jusqu'à nouvel ordre

coronavirus
Rue lycée Bellevue bloquée
La rue du lycée Bellevue bloqué par des palettes. ©M.F. Calmo

Nouvelle journée de mobilisation pour les élèves du second dégrée en Martinique ce vendredi 23 avril 2021. Entre blocages des établissements et rassemblement devant la préfecture, la mobilisation se poursuit. 

Mobilisés depuis le lundi 19 avril 2021, les lycéens et collégiens de Martinique maintiennent leurs actions. Sans organisation centrale, la mobilisation prend différentes formes d'un établissement à l'autre. 

Ainsi, ce vendredi 23 avril 2021, plusieurs établissements de l'île étaient bloqués. Comme au lycée Bellevue à Fort-de-France. 
Les élèves ont érigé un barrage dans la rue permettant l'accès au lycée. 

Barrage lycée Bellevue
Les lycéens grévistes ont érigé un barrage avec des palettes. ©M.F. Calmo


Une nouvelle manifestation s'est également tenue devant la préfecture à Fort-de-France. Plusieurs dizaines d'élèves se sont installés rue Félix Éboué au centre-ville. 

Lycéens devant la préfecture
©Martinique la 1ère

On nous que ce sont les jeunes qui véhiculent le virus, mais ils envoient les jeunes dans le lycée. Des lycées qui ne sont pas nettoyés. On sort d'un cours, les salles ne sont pas nettoyées après. C'est nous qui devons nettoyer les tables alors que ce n'est pas à nous de le faire. 

 

Ils ont fermé la cantine. Quand on a dit que ce n'est pas normal, ils ont mis quelques chaises pour nous et décrété que c'est comme ça. Il n'y a même pas de table pour manger. 

 

Si on ne va pas à la cantine, on ira dans les fast foods et ce sont des regroupements devant les lycées. 

 

Si ce sont les jeunes qui transmettent le virus comme on dit, mettez des précautions, mettez les jeunes en sécurité. Faites en sorte que les jeunes ne rentrent pas chez eux avec le virus. 

Maël Cortana, représentant du lycée Joseph Gaillard 

Revendications lycéens mobilisés
©Martinique la 1ère


Certains demandent la mise en place de cours à distance et une réorganisation de la demi-pension.
Les élèves de Martinique semblent déterminés à maintenir leur mobilisation et obtenir gain de cause.