martinique
info locale

Meurtre de Dillon : l'auteur présumé des faits a été incarcéré

violence
affaire Dillon
©DR
L'auteur présumé des tirs mortels sur une personne (19 janvier dernier) au stade de Dillon a été identifié. L'individu, âgé de 37 ans, connu des services de police et de justice a été mis en examen samedi 25 janvier du chef d'homicide volontaire et incarcéré  au centre pénitentiaire de Ducos 
Depuis le jeudi 23 janvier 2020, les investigations concernant le meurtre de Dillon à Fort-de-France ont connu une avancée significative. L'auteur présumé des faits a été identifié. Il a été désigné par plusieurs témoins comme étant l'auteur de l'homicide.
 

Rappel des faits


Le dimanche 19 janvier 2020, un homme est tué par arme à feu aux environs de 21H50 sur le parking du stade de Dillon à Fort-de-France.Peu de temps après les faits, un individu, âgé de 37 ans, connu des services de police et de justice, a été admis au CHUM alors qu'il présentait un impact de balle sur la poitrine gauche.
 

Reconnu par des témoins


Désigné par plusieurs témoins comme étant l'auteur de l'homicide, il a été placé en garde à vue le 23 janvier dernier. Ces mêmes témoins indiquent que la victime décédée était elle-même l'auteur du coup de feu ayant atteint le suspect. 
L'auteur présumé des faits a été mis en examen samedi 25 janvier du chef d'homicide volontaire. Il a contesté toute implication dans cet homicide tout au long de sa garde à vue.
 

Placement en détention provisoire


"Ayant demandé un débat différé s'agissant de son placement en détention provisoire, il a été incarcéré dans cette attente provisoirement au centre pénitentiaire de Ducos. il appartient maintenant au magistrat instructeur de poursuivre les investigations, afin notamment d'établir quelle a été la chronologie des faits et d'autre part de préciser le motif exact de cet homicide qui aurait été commis sur fond de rivalité" précise Renaud Gaudeul, le procureur de la République à Fort-de-France.

Les investigations se poursuivent. La personne mise en examen encourt une peine de trente années de réclusion criminelle.  
Publicité