Quatre jeunes en prison après une bagarre avec armes à Trinité

sécurité
Gendarmes et policiers
Gendarmes et policiers sur la scène des faits (Trinité le 17 novembre 2016) ©Martinique 1ère
Les quatre protagonistes de la violente altercation (3 blessés), du 17 novembre dernier à la cité Beauséjour à Trinité, sont en prison depuis vendredi après-midi (25 novembre). Un mauvais regard est à l'origine de cette affaire selon la gendarmerie.
Au bout de huit jours d'enquête les gendarmes de la brigade de Trinité sont en mesure d'établir les faits après une violente altercation à la cité Beauséjour à Trinité. "Le Jeudi 17 novembre 2016 aux alentours de 07 heures 20, un individu d'une vingtaine d'années se dirige vers la cité beauséjour. Alors qu'il arrive sur le parking il croise un autre individu avec qui il a un différend. Ils échangent des "regards" puis se battent à mains nues", précisent les enquêteurs.

"Le premier jeune homme rentre alors chez lui et prévient son frère de cette altercation. Vers 08 heures 15 minutes, les frères retournent ensemble à la cité Beauséjour armés respectivement d'un coutelas et d'un revolver. Ils rencontrent l'autre individu toujours sur place accompagné d'un copain qui est armé d'un coutelas. Les quatre protagonistes se battent avec les différentes armes qu'ils ont amené. Plusieurs coups de feu seront entendus sans qu'il n'y ait de blessés par balle", poursuivent les gendarmes.

24 mois de prison dont 2 fermes

L'un des jeunes est légèrement blessé, les trois autres sont plus gravement touchés puis hospitalisés à l'hôpital Pierre Zobda Quitman à Fort-de-France et sont opérés. "Ils présentent des plaies au niveau des membres supérieurs consécutives à des coups de coutelas. Les investigations et perquisitions menées permettent la découverte des coutelas et de l'arme (balles à blanc)", selon les conclusions de l'enquête.

Le 24 novembre, les quatre jeunes gens sont placés en garde à vue puis présentés le vendredi 25 novembre au magistrat qui décide d'une comparution immédiate. Les quatre protagonistes sont condamnés dans l'après-midi à 24 mois d'emprisonnement dont 2 mois fermes. Un mandat de dépôt étant délivré, ils sont conduits tous les quatre au centre pénitentiaire de Ducos dans la soirée.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live