martinique
info locale

La réforme controversée du régime des retraites sera-t-elle adoptée ?

politique
Manifestation en Martinique
Mobilisation contre la réforme de la retraite le 16 janvier 2020 à Fort-de-France. ©Martinique la 1ère
Les syndicats et les citoyens ne décolèrent pas, en dépit du dialogue ouvert par le gouvernement sur la réforme du régime des retraites. Comment cette crise peut-elle se terminer ?
 
Inflexible. C’est l’attitude du gouvernement. Il ne renonce pas à la réforme du système des retraites engagé à la surprise générale. Inflexibles, les syndicats le sont aussi, même s’ils sont divisés entre les partisans du système de retraite par points, la CFDT en tête, et les promoteurs de l’actuel régime par répartition, la CGT en pointe.

Le dialogue est d’autant plus compliqué entre le pouvoir et les syndicats qu’il porte sur une réalité qui n’existe pas encore. Ce ne sont pas les bénéficiaires actuels, les personnes à la retraite, qui se mobilisent. Les défilés de rue et les grèves sont le fait de celles et ceux qui sortiront de la vie professionnelle dans les prochaines décennies.

La crise politique s’éternise car le projet de loi est bâti sur des hypothèses d’évolution de la population qui n’emportent pas l’unanimité chez les experts. Plusieurs économistes, classés à gauche ou proches du président, affirment, en dépit de ce qui se dit parfois, que l’actuel régime n’est pas menacé de déficit en 2027.
 

Les arguments du gouvernement sont-ils pertinents ?


Les tendances démographiques indiquent que les cotisants - les actifs - seront toujours plus nombreux que les bénéficiaires - les retraités. Les générations nées entre 1947 et 1973, les plus nombreuses dans la population française, connaîtront une mortalité très forte à partir de 2050 jusqu’en 2080. Le nombre de retraités baissera donc mécaniquement au profit des actifs.

Une donnée sous-estimée par le gouvernement. Tout comme il minore l’éventualité des crises économiques pouvant fragiliser l’équilibre du budget sur lequel seront prélevées les pensions, si la loi est votée. Le président joue sa crédibilité sur une réforme illustrant sa volonté de transformer la société.

Le seul obstacle, de taille, se dressant devant lui est cette armée de citoyens en colère. D’où la question de savoir qui décide, en régime démocratique : le gouvernant ou le gouverné ?
Publicité