martinique
info locale

Réforme des retraites : le gouvernement résistera-t-il à la pression syndicale ?

politique
manifestation
Manifestation contre la réforme des retraites en Martinique (décembre 2019). ©Martinique la 1ère
La nouvelle journée de mobilisation à l’appel de plusieurs organisations syndicales, ce jeudi 9 janvier 2020, amènera-t-elle le gouvernement à abandonner sa réforme des retraites ? Rien n’est moins sûr.
 
Compromis et détermination sont les deux mots-clés du débat sur la réforme du système de retraites. Compromis, ou l’impossible entente entre l’exécutif et les organisations syndicales. Toutes ont en commun un mot d’ordre : la suppression de la notion d’âge pivot ou âge d’équilibre.

Une notion assez floue pour alimenter les craintes des salariés. Entre 62 ans (l’âge légal minimal de départ) et 64 ans (le désormais célèbre âge pivot), que se passera-t-il ? La pension sera réduite durant deux ans ou à vie ? Faute de réponse claire du gouvernement, les syndicats maintiennent la pression.

Le compromis semble impossible. Nous sommes face à deux logiques semblables quant à leur détermination. Détermination du gouvernement : il précipite les échéances en demandant aux députés d’en débattre dès le 17 février 2020. Détermination des syndicats : ils restent mobilisés tant que la réforme n’est pas retirée, ou amendée.
 

La détermination se lit dans les deux camps


Une détermination d’égale intensité à l’Elysée, à Matignon et dans les états-majors syndicaux. Le pouvoir sent-il qu’il a déjà perdu les prochaines élections municipales ? Sait-il qu’il est trop tard pur reculer ? Voit-il qu’il ne pourra pas convaincre les futurs retraités ?

Toujours est-il que la constance du Premier ministre à défendre une réforme qu’il n’a pas souhaité est admirable. Ne serait-ce que parce qu’il risque sa place. Toujours est-il que la volonté affichée par le président de réussir cette réforme est entière. Ne serait-ce que parce qu’il risque son avenir politique.
S’il échoue, son quinquennat placé sous le signe de la transformation de la société est vidé de sens. Dès lors, il est permis de se demander s’il peut et veut lâcher du lest.
 
Publicité