Une deuxième tournée de la famille royale dans la Caraïbe provoque des contestations

océan atlantique
Prince Edward à Antigua avec Gaston Browne
Le Prince Edward et sa femme Sophie rencontrent Gaston Browne, Premier ministre d'Antigua et Barbuda et sa femme Maria. ©Facebook
En avril 2022, le cadet de la reine d’Angleterre, le Prince Edward et sa femme Sophie, étaient en visite officielle à Sainte Lucie, Saint-Vincent et les Grenadines et Antigua et Barbuda. L’itinéraire a été soigneusement préparé pour éviter tout contact avec des foules hostiles. Une précaution qui n’a pas stoppé les demandes de réparations pour l’esclavage.

Lors d’une rencontre protocolaire, Gaston Browne, Premier ministre d’Antigua et Barbuda, a demandé au Prince Edward d’intervenir auprès de sa mère sur la question des réparations pour l’esclavage et la colonisation dans les anciennes colonies de la Caraïbe. La réponse du prince est inconnue.

La tournée catastrophique en mai 2022 du Prince William et sa femme Kate au Belize, à la Jamaïque et aux Bahamas n'a pas dissuadé la famille royale de stopper son projet de fêter les 70 ans de règne de la reine Elizabeth dans ses anciennes colonies.

Les habitants, ne sont plus alignés tout au long du parcours officiel avec des drapeaux britanniques. Ce sont des pancartes demandant à la famille royale de payer les réparations aux descendants des esclaves que l'on voit sur les routes.  

Saint Vincent et les Grenadines reparations
À Saint Vincent et les Grenadines, les demandeurs de réparations sont alignés sur le parcours de la visite royale. ©iwnsvg

Les recherches menées par les historiens caribéens confirment que la monarchie britannique a profité de l’esclavage et de la colonisation.

Au 17e siècle, the Royal African Company (la Compagnie Royale Africaine) a obtenu l’accord du Roi Charles II pour transporter les africains aux Amériques. On estime que 60% des africains qui sont arrivés dans la Caraïbe ont été acheminés par le Royal African Company.

Le roi George II était un partisan acharné de la traite et du système économique sur les plantations.

La famille royale fait la sourde oreille 

Pour éviter tout désagrément, le prince Edward et sa femme ont modifié leur itinéraire. Le couple a annulé son voyage à la Grenade. Il semblerait que la Commission sur les Réparations ait demandé officiellement à rencontrer le Prince Edward.

À Saint-Vincent et les Grenadines, c'était une promenade dans les Jardins Botaniques de la capitale Kingstown pour se faire photographier avec les perroquets indigènes de l’île.

Prince Edward Sophie perroquet
Le Prince Edward et sa femme Sophie se font photographier dans l'enclos du perroquet endémique de Saint Vincent et les Grenadines. ©Facebook

À l'extérieur, les manifestants demandaient des réparations.

La famille royale n’aide pas ses anciennes colonies

Le prince Edward et sa femme sont arrivés à Saint Vincent et les Grenadines, un an après l’éruption du volcan la Soufrière. Le secteur agricole a été détruit et des milliers de personnes ont dû quitter leurs foyers.

Le gouvernement britannique a adressé 238.000 euros pour aider le gouvernement qui avait besoin de millions pour faire face à cette catastrophe naturelle. Finalement, le montant a été revu à la hausse. La monarchie n’a rien donnée.

À Sainte Lucie, la photo de la rencontre avec le Premier ministre Philip J. Pierre a fait la une des journaux internationaux.

Le cadeau officiel, offert par le Prince Edward et sa femme au Premier ministre était une photo signée du couple.

Visite royale Sainte Lucie
Philip J. Pierre, Premier ministre de Sainte Lucie reçoit une photo du Prince Edward et sa femme Sophie comme cadeau officiel. ©twitter

Dans son émission, l’animateur radio, Sam Flood veut savoir qui finance cette visite de 7 jours dans la Caraïbe.

Qui sont ces personnes ? C’est quoi leur importance ? Elles ont fait quoi pour mériter ce voyage ?

Sam Flood, animateur radio à Sainte Lucie.

Aujourd’hui les mentalités ont changé. La famille royale n’a plus de légitimé dans cette région où les habitants demandent des réparations.