Matières premières : le nickel calédonien en eau calme, soutenu par les Philippines

nickel
nickel minerai
Minerai avant passage au four rotatif pour extraction du nickel ©Alain Jeannin
Les prix des métaux de base, et notamment du nickel, échangés sur le London Metal Exchange (LME) ont repris leur souffle, se stabilisant après avoir fortement progressé dans le sillage du vote britannique en faveur du Brexit. 
Le cours du nickel dépend largement du dollar et de l’économie chinoise, mais cette semaine le métal a été sous pression environnementale. Le cours du nickel a notamment bénéficié d’informations en provenance des Philippines où une militante écologiste et activiste, réticente aux activités minières, a été nommée à la tête du ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles.

Une écologiste en charge du secteur minier

Dès sa nomination, Regina Lopez a adressé un message à la communauté des multinationales étrangères : des sanctions seront prises contre les mineurs pollueurs. Deux d’entre eux viennent d’ores et déjà de se voir ordonner la suspension de leurs opérations d’extraction de nickel. Cet avertissement venant du premier pays exportateur de minerai vers la Chine a suffi à rassurer la Bourse des métaux de Londres (LME) faisant redouter une baisse de l’offre de nickel aux Philippines, le premier producteur mondial de ce minerai.

La City intègre le soutien à la SLN

Selon la nouvelle ministre pas même un tiers des compagnies minières se conforment actuellement aux normes internationales en matière d’exploitation responsable. Toutes les mines des Philippines vont être soumises à une enquête, ce qui va forcément ralentir l’activité minière, alors que dans le même temps, la Chine va probablement continuer ses importations déjà record de nickel. De quoi apporter un soutien aux prix du métal, estime David Wilson expert de City : « La Chine achète plus de 40% de son minerai de nickel aux Philippines pour faire de l'acier inoxydable, le marché est donc positivement nerveux. L’autre nouvelle, le prêt de l’Etat français à la SLN calédonienne était attendu, mais c’est une bonne nouvelle pour la Nouvelle-Calédonie».

A Londres, vendredi 18 heures, le nickel à 9.880 dollars

Autour des banquettes rouges de la Bourse des métaux, sur les écrans du LME, le nickel s’est maintenu à proximité des 10.000 dollars, en progression de 1,94%, vendredi soir. Le négociant Triland Metals, dans sa note quotidienne décrit « un marché calme, contrasté, porté par une demande de métal pur en Asie mais freiné par une faible demande en Europe ».