outre-mer
territoire

Mayotte: doublement des investissements pour la construction d'écoles primaires

politique
Mayotte: doublement des investissements pour la construction d'écoles primaires (Bareigts)
Mayotte: doublement des investissements pour la construction d'écoles primaires (Bareigts) ©Richard Bouhet
La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a annoncé mercredi un doublement des investissements pour la construction d'écoles primaires à Mayotte, une décision qu'elle a jugée "urgente et nécessaire" pour ce département où elle s'était rendue la semaine dernière pour son premier voyage officiel.
Lors de l'examen à l'Assemblée du projet de loi sur "l'Egalité réelle outre-mer", Ericka Bareigts a souligné qu'à Mayotte, il y avait "une mobilisation importante pour toute la partie construction de l'immobilier du secondaire, collège et lycées", avec une programmation d'investissements de 50 millions d'euros par an. 
 

L'investissement dans le premier degré passera de 10 à 20 millions d'euros 

Mayotte: doublement des investissements pour la construction d'écoles primaires (Bareigts)
La ministre des Outre-mer pose avec des élèves d'une école de Mamoudzou lors de sa visite à Mayotte le 29 septembre dernier. ©Ornella LAMBERTI / AFP
"J'ai été très touchée par le premier degré, parce que sur le premier degré, il me semble que nous devons faire un effort supplémentaire", a-t-elle indiqué. "Nous sommes en moyenne autour d'un peu plus de 10 millions d'euros par an. Le besoin est autour de 40 millions par an."
 
J'ai décidé après la visite faite à Mayotte de doubler l'investissement sur le premier degré, donc nous ne ferons pas dix, mais 20 (millions d'euros)". Comme ça nous allons accélérer pour que les enfants du premier degré à Mayotte puissent rapidement avoir des écoles dignes de ce nom, dignes de la République...Cette décision est  "absolument urgente et nécessaire".








 



84% des personnes vivent sous le seuil de pauvreté

Mayotte
Une majorité de personnes vivent sous le seuil de pauvreté à Mayotte. ©SOPHIE LAUTIER / AFP
La moitié de la population du département de l'océan Indien a moins de 17 ans et demi et 84% des personnes vivent sous le seuil de pauvreté. L'île a des besoins importants en matière sociale, notamment sur l'éducation et la santé et connaît un taux de chômage de 36,6%.

Depuis le début de l'année, les crises se sont succédé dans le 101e département de France. Il a connu en février une série d'actes de violence aux abords et à l'intérieur des établissements scolaires. 
 
 
Publicité