publicité

Fleur Pellerin interpellée sur les appels téléphoniques vers Mayotte

Le sénateur de Mayotte Thani Mohamed Soihili a publié une question écrite au Journal officiel du sénat concernant B& You, l’opérateur ayant exclut Mayotte de son offre mobile.

© cc-by Dmitry Rostovtsev
© cc-by Dmitry Rostovtsev
  • Par Fabrice Juste
  • Publié le , mis à jour le

Jusqu’à présent, appeler un mobile dans les DOM depuis son portable, c’était s’exposer à des factures de portable potentiellement exorbitantes. Le coût de la téléphonie mobile vers l’Outre-mer est un sujet sensible, débattu depuis plusieurs années entre opérateurs et politiques.

Depuis l’arrivée de Free mobile sur le marché, la donne a changé. Non seulement les prix des forfaits ont baissé, avec des offres illimitées pour moins de 20 €. Mais surtout, depuis ce mois de janvier, les opérateurs Numéricable et Free mobile permettent à leurs abonnés d’appeler les DOM depuis leur portable sans surtaxe.

Les appels vers la Martinique, la Guyane, la Réunion, la Guadeloupe ou Mayotte sont donc compris dans le forfait. B&You a également opté pour ce choix, à une différence près : Mayotte, pourtant département d’Outre-mer depuis 2011 n’est pas incluse dans les destinations "DOM".

Une différence de traitement qui a ému le sénateur Thani Mohamed Soihili. "Cette exclusion ne se justifie pas et donne le sentiment que l’île de Mayotte n’est pas considérée par cet opérateur de téléphonie mobile comme un département à part entière", écrit-il dans le Journal officiel.

Le sénateur "demande au Gouvernement d’engager des discussions avec cette entreprise afin de remédier à cette inégalité" et "demande également si les pays et territoires d’outre-mer qui, bien que très éloignés de l’Hexagone, n’en restent pas moins français, pourront également être, à terme, concernés par une telle mesure", est-il rapporté. Thani Mohamed Soihili réclame donc des discussions entre le gouvernement et l’opérateur à ce sujet. 

Fleur Pellerin, la ministre de l’innovation et de l’économie numérique, interpellée par cette question écrite devrait répondre à cette requête dans un délai d’un mois, comme le stipule le règlement du Sénat.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play