publicité

Le Comité Mayotte Département demande au président Hollande d'intégrer les élus mahorais de l' opposition aux travaux de la Commission de l' Océan Indien

 Le " Comité Mayotte Département" (COMADEP) demande au président Hollande d'intégrer les élus mahorais de l' opposition dans les travaux de la Commission de l'Océan Indien.
Mohamed Nassufdine présente à " Mayotte 1 ère.fr/Actualités" les propositions du COMADEP au chef de l'Etat français.

Ibrahim Aboubacar, député de Mayotte © Emmanuel Tusevo
© Emmanuel Tusevo Ibrahim Aboubacar, député de Mayotte
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le

Le  « Comité Mayotte Département »  ( COMADEP ) demande au président Hollande d’intégrer les élus mahorais de l’ opposition dans les travaux de la Commission de l’Océan Indien.
Prévues initialement le 26 juillet dernier aux Comores, les assises de la Commission de l’ océan Indien ( COI ) sont reportées au 23 août 2014.
 Mohamed Nassufdine, président du COMADEP présente à " Mayotte 1ère.fr/Actualités" les propositions faites au chef de l' état français notamment en ce qui concerne les relations entre  Mayotte et les 3 autres îles des Comores.
 
 
 «  Le samedi dernier 26 juillet, le Président de la République devait se rendre aux Comores pour participer à la Commission de l'Océan Indien avec ses homologues de Madagascar , des Seychelles , de l'île Maurice et du pays hôte, les Comores.
Malheureusement, le Président Hollande a dû annuler son voyage au dernier moment suite à l'accident tragique du vol AH5017 d'Air Algérie reliant la capitale de Burkina Fasso, Ouagadougou à la capitale algérienne, Alger. Une décision compréhensible, car, nous avons perdu 54 de nos compatriotes dans cette catastrophe qui a fait 118 victimes. Une tragédie survenue à Gossi, au nord du Mali, une zone en guerre contre les terroristes.
 
Le COMADEP adresse ici toutes ses condoléances attristées aux familles des victimes de ce drame national. Les Mahorais s’associent à l'ensemble de la nation pour partager la douleur des familles endeuillées.  
 
L'annulation du voyage présidentiel dans l'océan indien a conduit ses homologues à reporter  la réunion de la COI. D'ailleurs, nous approuvons la décision du Président Hollande d'avoir annulé son voyage vu la tragédie qui a frappé la nation. Cela permet également de comprendre la place importante qu'occupe la 5 ème puissance du monde dans cette zone du canal de Mozambique, surtout au sein de cette institution. 
… Le Président HOLLANDE ne peut que venir nous rendre visite, car il doit honorer la promesse faite aux Mahorais et aux Réunionnais lors de la campagne présidentielle. Ces derniers l'attendent toujours et personne ne peut imaginer que le Président de la République puisse faire un mandat entier sans honorer sa promesse.
 
Mais que peut-on dire sur ce voyage présidentiel reporté du côté de Mayotte ?
 
Beaucoup d'éléments observés nous permettent de tirer quelques conclusions. En effet, la manière dont était organisé ce voyage à Mayotte confirme que le Président de la République se retrouve coupé de la population du 101ème département comme le reste des Français.Lisolement du président Hollande se confirme et le voyage était mal engagé. Si, en 2 ans, Monsieur HOLLANDE est devenu le Président le plus impopulaire de la 5 ème République, on n'a pas besoin d'être un politologue pour comprendre. Mais on se demande pourquoi et comment cela a pu arriver?
 
Le Président, qui a été à la tête du parti socialiste plus de 11 ans en tant que secrétaire national a aujourd'hui oublié le b.a.-ba de la politique. L'homme qui a pu résister pendant 11 ans à la tête du PS à tous les courants que nous connaissons, l'homme qui a su écouter tout le monde, tous les courants du PS, l'homme qui a su serrer des poignées de mains dans toute la France, l'homme qui a su se rendre dans toutes les sections, dans tous les départements et dans toutes les villes pour écouter la France d'en bas, cet homme s'est isolé tout seul.
 
BOINALI SAID , DEPUTE SOCIALISTE © PHOTO : EMMANUEL TUSEVO :
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : BOINALI SAID , DEPUTE SOCIALISTE

Est-ce parce que le Président Hollande est mal entouré ?
 
Dans ce cas, tous les changements opérés ces derniers temps sont manifestement insuffisants et n'ont encore rien apporté de positif. Donc une réaction rapide  envers les Français s’impose par des actions efficaces à travers une communication, comme il sait le faire, simple et humaine. Et c’est en tendant une oreille bienveillante aux besoins des Français qu’il pourra amorcer une remontée dans leur estime et leur considération, sinon en 2017 ce sont les extrémistes qui risquent de gouverner la France.
 
La ministre Marylise LEBRANCHU très à lécoute des Mahorais
 
En effet, parmi nos exemples, il paraît que dans la délégation présidentielle qui devait se rendre à Mayotte, Madame la ministre de la fonction publique, la ministre la plus populaire du gouvernement chez les  Mahorais, Mme Marylise LEBRANCHU n’en faisait même pas partie. Je me demande si le Président reçoit les bonnes informations! Mme LEBRANCHU a su écouter les Mahorais, elle a toujours suivi les changements qui s'opèrent sur le 5 ème DOM. Elle comprend mieux que ses collègues du Gouvernement la population mahoraise. Alors comment un déplacement à Mayotte sans elle?
 
De plus, Mayotte, le département le plus pauvre du territoire national, qui a besoin d’une mobilisation sans précèdent du Gouvernement pour rattraper son retard tant institutionnel que structurel, attendait une visite présidentielle forte symboliquement avec la venue de plusieurs ministres accompagnant le Président de la République, en particulier le ministre de la santé, Mme TOURAINE; le ministre de la justice, Mme TAUBIRA;  celui de l’Éducation Nationale, M. HAMON; celui du logement, Mme PINEL; car à Mayotte, tous ces domaines sont en crise sans oublier le principal problème de Mayotte, l'insécurité.
Et faire venir ces ministres à Mayotte pour constater d'eux-mêmes, ne peut que faciliter leur prise de décisions. Rappelons que Mayotte, peuplée de 250 000 à 300 000 habitants, est l'équivalent d'une ville moyenne de l'hexagone comme Strasbourg, Nantes ou Lille... etc. 
 
Associer les élus mahorais de gauche et de droite aux travaux de la COI
 
Le COMADEP espère que le report de ce voyage permettra au Président de la République, en concertation avec les élus Mahorais de gauche comme de droite et en les associant aux travaux, de bien préparer son voyage afin de le réussir. Il faut qu'il évite de vouloir travailler seulement avec les siens, c'est -à - dire les élus de gauche. S'il souhaite se faire réélire, justement c'est le moment de tendre la main à ceux qui se sont opposés à son élection et à sa politique pour les convaincre de voter à gauche prochainement.

ABDERAMANE SOILIHI, SENATEUR UMP ET THANI MOHAMED , SENATEUR SOCIALISTE © PHOTO: EMMANUEL TUSEVO :
© PHOTO: EMMANUEL TUSEVO : ABDERAMANE SOILIHI, SENATEUR UMP ET THANI MOHAMED , SENATEUR SOCIALISTE

 
C’est ainsi que, dans la délégation présidentielle qui devait se rendre aux Comores, le COMADEP a appris que seuls le député Ibrahim ABOUBACAR et le sénateur THANI étaient les élus de Mayotte qui accompagnaient le Président de la République. Le COMADEP doit avouer ici sa déception. Il souhaite que le Président de la République intègre dans sa délégation, les 4 parlementaires de Mayotte, le Président du Conseil Général, et le Président de l'association des maires de Mayotte. Les élus locaux sont des acteurs de la coopération régionale chère à nos régions, et travailler avec eux permet également de renforcer nos relations avec nos voisins. Attention,  ceux  qui ne peuvent pas quitter le territoire national peuvent être représentés des personnes de leur choix.
 
SAID OMAR OILI , PRESIDENT DE L'ASSOCIATION DES MAIRES DE MAYOTTE © PHOTO:EMMANUEL TUSEVO
© PHOTO:EMMANUEL TUSEVO SAID OMAR OILI , PRESIDENT DE L'ASSOCIATION DES MAIRES DE MAYOTTE
                               
Le COMADEP demande donc à Ibrahim Aboubacar, Secrétaire fédéral du parti socialiste de Mayotte de plaider cette cause auprès de M. le Président de la République pour que le souhait de COMADEP soit entendu, car il s'agit de l'avenir du territoire, le 5ème DOM. Le PS de Mayotte doit se faire entendre à Paris auprès du parti, à la rue Solferino. Aucun parti ne peut gouverner dans un pays démocratique tout en ignorant l'opposition sinon cela s’appelle, une dictature. De plus, un jour l'alternance viendra, et il faudra également travailler avec ceux qui passeront dans l'opposition.
 
Le COMADEP estime que ça sera une erreur monumentale de ne pas intégrer l'opposition dans les travaux avec les Comores. Quand on sait que les associations d'outre-mer réclament toujours une ouverture de la France par ses DOM aux pays limitrophes, comment imaginer qu'aucun élu Mahorais n'a jamais mis les pieds officiellement au Mozambique, Tanzanie, ou Zanzibar pour des échanges ne serait-ce qu’économiques et/ou culturels. Aux Antilles comme dans l'océan indien, la France doit aider ses départements à s'ouvrir aux voisins.
 
S'AGISSANT DES COMORIENS, LA DIPLOMATIE ET LA FERMETE S'IMPOSENT
 
Dès le départ, le voyage aux Comores du président Hollande s'annonçait dans des conditions assez particulières. Aux Comores, le pays hôte, certaines voix de l'opposition ont activé leur idéologie ancestrale, leur cache misère, leur rhétorique du territoire occupé ou d'intégrité territoriale.
 Alors que les Mahorais estiment aujourd'hui avoir réalisé leur rêve en érigeant leur île en département d'outre-mer avec presque 96% de OUI au dernier référendum, les Comoriens continuent leur idéologie née de la guerre froide, à l'époque de Tito de la Yougoslavie, de Léonid Brejnev de l'URSS, de HENRY Jabłoński de la Pologne, de Willi Stoph de la RDA, de la dictature argentine ou chilienne...etc, de dire que Mayotte est un territoire occupé alors que ce sont les Mahorais eux-mêmes qui expriment leur rattachement à la France.
 
Les Mahorais expriment à chaque consultation leur rattachement à la France.
 
Le monde a changé, les frontières ont bougé. C'est seulement dans les têtes de certains Comoriens que tout est resté figé depuis les années 1970, au moment de leur indépendance. Faut-il leur rappeler que leurs alliés d'hier ne sont plus là, que des pays ont disparu et que le monde a vu l'émergence d'autres pays!
 
Nos voisins Comoriens qui traversent toujours des crises depuis leur accession à l'indépendance comme beaucoup de pays africains se réfugient derrière des concepts « de territoire occupé, ou d'intégrité territoriale » pour déverser leur agressivité sur la France et plus particulièrement sur les Mahorais. Ils ne peuvent pas continuer sempiternellement à réclamer Mayotte en insultant ses habitants, et laisser leurs citoyens fuir leur pays qui n'offre pas de perspectives d'avenir pour se rendre à Mayotte. Qu'ils ouvrent les yeux et regardent la réalité en face, car ce n'est jamais facile d'abandonner son pays pour un autre à la recherche d’une vie meilleure. J'ai discuté avec certains Comoriens à l'étranger, tous me disent que si leur pays leur offrait des conditions pour y vivre, par exemple l'éducation de leurs enfants, la santé, un travail, un salaire, un pouvoir d'achat... etc , ils ne quitteraient  jamais leur pays au péril de leur vie.
 
JAMAIS, NOUS DISONS JAMAIS, LES MAHORAIS N'ACCEPTERONT ET
NE VOTERONT UN JOUR POUR UN RATTACHEMENT A L'UNION DES COMORES.
 
Au lieu de se mettre autour d'une table avec la France, donc avec les Mahorais pour discuter calmement de manière pragmatique des sujets qui préoccupent réellement les populations de l'archipel des Comores, l'expression agressive de nos voisins ne fait que nous éloigner. Car, le COMADEP estime qu'il faut trouver ensemble des solutions au développement durable de cet archipel et de la région, ce que les Malgaches ont compris depuis longtemps.
 
Par ailleurs, nous sommes condamnés à nous attendre afin de mettre fin, entre autres actions utiles pour les populations, à la traversée clandestine par des kwassas entre Anjouan et Mayotte avec sa cohorte de drames humains. Pour ce faire, chacun doit faire des efforts.
Le Président comorien doit être courageux et prendre les décisions qui s'imposent en arrêtant ceux qui organisent ce trafic ignoble. Mais les Comoriens ne peuvent pas continuer à parler de Mayotte partout dans le monde comme si les Mahorais n'existent pas, comme si les Mahorais ne peuvent pas réfléchir sur leur avenir, comme si les Mahorais sont des enfants qui ne savent pas ce qu'ils veulent. Qu'ils sachent qu'ils ne peuvent rien faire de Mayotte sans les Mahorais.
 
Comment les Comoriens osent-ils réclamer Mayotte comme étant leur territoire en continuant de dénigrer, d'insulter les Mahorais? En fait, leur mépris à l’endroit des Mahorais ne fait que renforcer l'idée de nous éloigner d'avantage, car ils ne font qu'approuver ce que nos parents et grands parents nous ont dit.
Déjà, chez eux, ils ne peuvent pas s'entendre et se comprendre, il suffit de voir qu'un Mohelien ou un Anjouanais ne sera jamais élu gouverneur de la Grande-Comores comme un Grand-Comorien ne sera jamais élu gouverneur d'Anjouan ou de Mohéli, alors qu'ils se disent tous Comoriens !
 
Le COMADEP appelle à présenter des propositions pour éviter ces drames, des propositions pour une bonne entente dans l'archipel, des propositions pour le développement économique, culturel et sportif de la région au lieu de remettre en cause tous les jours le statut de Mayotte et continuer à déverser des paroles agressives à l'endroit des Mahorais.
 
PROCHAINE SIGNATURE D'UN ACCORD BILATERALE ENTRE LA FRANCE ET
LES COMORES, LES 2 PRESIDENTS DOIVENT LE FAIRE A MAYOTTE
 
Enfin, dans cette période où les relations entre la France et les Comores sont au beau fixe, c'est le moment propice à la création de bonnes conditions d’échanges entre les élus des Comores et ceux de Mayotte comme ils en existent avec ceux Madagascar. Il faut arrêter la mise en cause éternelle du statut de Mayotte, car l'île est le 5ème Département Français d'Outre-mer, le 101ème département français par la volonté des Mahorais.
 
Alors, le COMADEP propose que la prochaine signature d'un accord bilatéral entre les Comores et la France soit signée à Mayotte.
 
L'équipe de COMADEP présidée par Nassufdine MOHAMED
 
1 407 251 328

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play