Campagne de dépistage des troubles visuels au Lycée des Lumières.

Fatrissia Mohamed est en pleine consultation
Au Lycee des Lumières, l’heure est au dépistage des troubles visuels pour plusieurs élèves. Des élèves qui par ailleurs ont été repérés par leurs professeurs . À l’initiative de cette opération, l’établissement scolaire qui a notamment fait appel à qu’une orthoptiste.

Au pôle santé social du Lycée des Lumières, les élèves convoqués patientent. La première étape pour eux, le passage à l’infirmerie pour effectuer les différents tests d’acuité visuelle avec l’infirmier scolaire.

Je leur fais faire le test de Lang qui permet devoir au niveau de l’ambyopie qui permet de voir en relief à la suite de ça, si l’élève est positif ou négatif je le note pour l’orthoptiste. je fais également le teste de la vue au niveau des lettres

Julien Mohamed, Infirmier scolaire

Un test qui n’a pas été simple pour Fatrissia Mohamed, élève en seconde. « Je ne vois pas bien. C’était un peu difficile pour moi. On est 35 dans ma classe quand j’arrive en retard je suis obligée de m’asseoir à l’arrière car toutes les places de devant sont prises ce qui fait que je ne vois pas bien. » 

Permettre aux élèves de trouver une solution à leurs problèmes de vision, c’est tout l’enjeu de l’opération lancée par le lycée des Lumières qui qui a notamment fait appel à une orthoptiste. 

Sur les quelques élèves dépistés, il y a pas mal de problèmes

Céline Miguet-Henno vient justement de finir d’analyser Fatrissia. « Le défaut visuel est important ce qui serait bien c’est qu’elle soit vu dans un centre de dépistage, le plus près ce sera au CHM, donc on va faire une demande de rendez-vous pour qu’elle soit vu. Il faudra aussi une lecture des examens avec des médecins ophtalmologue en métropole. »

Sur les quelques élèves, il y a pas mal de problèmes de ce qu’on appelle réfraction c’est-à-dire de défauts visuels plus ou moins important et qui peuvent les gêner dans leur apprentissage.

Une fois la visite auprès de l’orthoptiste effectuée, dernière étape le passage chez l’assistant social du lycée pour la question de l’accès aux droits. Et pour les élèves ne disposant pas de couverture sociale ni de complémentaire de santé,  un dispositif de fonds social lycéen existe. 

Au total ce sont plus de 200 élèves qui vont être dépister, l’opération elle se poursuit jusqu’à jeudi.