Des dizaines de français bloqués aux Comores

océan indien
aeroport comores
©Faïza Soulé Youssouf Ibrahim Youssouf

Dans un contexte sanitaire inquiétant, les mahorais qui sont bloqués aux Comores se demandent s'ils pourront un jour rentrer à Mayotte.

« Le consulat français ne gère pas les naufragés »

Il y a plusieurs dizaines de mahorais bloqués aux Comores depuis que Mayotte a fermé ses frontières le mois dernier. Nicolas par exemple est bloqué à Moroni depuis 3 semaines dans un contexte de rebond de Covid-19 extrêmement préoccupant de part et d’autre de l’archipel. «  Le consulat se bat visiblement pour que les bateaux au départ d’ici ne partent pas à vide pour Mayotte mais la préfecture bloque absolument tout », croit-il savoir.  

Il espérait bien pouvoir partir en début de semaine mais la liaison a été annulée au dernier  pour d’obscures raisons. «  Il devait y avoir un  départ de bateau lundi dernier, qui a été confirmé mais qui a été annulé dans la même journée.  Aujourd’hui, on est dans l’attente de savoir quand est ce qu’on va rentrer, tout ce qu’on demande c’est une date pour pouvoir anticiper, ma propriétaire toutes les semaines me demande c’est bon vous partez ? », a-t-il longuement expliqué, visiblement excédé. 

Maria Galanta
©Francetv

Ahmed, retraité, est lui  bloqué  à Mutsamudu. Il est venu à Anjouan pour les vacances de Noël et n’a pas pu repartir. Du côté du consulat, aucune information n’a filtré. « Le consulat ne gère pas les naufragés que nous sommes devenus par la force des choses, tout ce qu’il fait c’est prendre la liste  des gens qui se manifestent », s’est-il plaint au téléphone.

Le contexte sanitaire n’est pas étranger à l’inquiétude des français bloqués ici. «  Tout ce que je peux faire, c’est me calfeutrer, respecter le plus possible les gestes barrières. Franchement, voir des bateaux repartir  vers Mayotte à vide me pique mais je me dis que cela  doit répondre à une haute stratégie qui échappe au commun des mortels » a lancé un Amin visiblement résigné. 

Nicolas qui a dû déménager pour prendre un logement moins cher, s’isole du mieux qu’il peut.

TEST COVID

On sait qu’on va devoir faire un test PCR avant de rentrer, du coup, je m’enferme le plus possible, je n’ose plus prendre de taxis pour éviter de m’exposer

devait-il expliquer. Et de poursuivre : « il y a eu des français qui étaient déclarés positifs au Covid-19 et qui deux jours plus tard ne l’étaient plus. Pour résumer ma situation, il y a le risque d’être contaminé et celui d’avoir un faux positif, c’est très difficile psychologiquement, avec une  date de départ, qui est repoussée d’une  semaine voire de deux semaines qui plus est », s’en est-il inquiété. 

Il y aurait 60 français bloqués à la Grande-Comore et au moins 150 à Anjouan selon des sources non officielles. Contactée à plusieurs reprises pour plus de précisions, l’ambassade de France à Moroni n’a pas donné suite à nos appels.