publicité

Lycée de Mamoudzou Nord : retour sur la première journée des candidats au baccalauréat

Les élèves des terminales ont attaqué, hier lundi 17 juin, les premières épreuves du bac. Retour sur cette journée cruciale pour l’avenir des candidats au lycée de Mamoudzou nord, à Kawéni.

Les élèves attendent devant le lycée de Mamoudzou nord à la fin de la première épreuve du bac. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Les élèves attendent devant le lycée de Mamoudzou nord à la fin de la première épreuve du bac.
  • Yoram Melloul avec Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le
À l’ombre du préau du lycée de Mamoudzou Nord, à Kawéni, Mahnaz Ali Issa sourit. Comme 4655 lycéens à Mayotte elle a passé la première épreuve du bac lundi 17 juin. Avec une amie, elle discute de la copie de philosophie sur laquelle elle a passé pratiquement quatre heures. Derrière elle se trouve une grande horloge. Comme un clin d’œil au sujet sur lequel elles ont décidé de plancher : « est-il possible d’échapper au temps ? » Avec un coefficient de 7, cette épreuve est l’une des plus importantes pour ces deux élèves, âgées de 17 ans et en terminale littéraire.

Passionnée de photo, Mahnaz aimerait bien être journaliste. Mais avant cela, elle doit faire face au stress du bac. Elle explique : « j’ai beaucoup travaillé et je suis arrivée très angoissée ce matin. Mais en voyant la feuille je me suis dit que j’avais enfin trouvé un sujet où je pouvais prendre du plaisir à rédiger. » En une phrase, elle essaie de résumer son devoir : « le seul moyen d’échapper au temps, c’est peut-être la mort. »
Mahnaz Ali Issa vient de terminer l'épreuve de philosophie. Elle est en série L. © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Mahnaz Ali Issa vient de terminer l'épreuve de philosophie. Elle est en série L.
Non loin d’elle se trouve Adjidi, presque 18 ans. Lui termine une année en section scientifique. Il avoue ne pas trop avoir révisé, « sauf les maths, parce que c’est la matière qui me fait peur. » Pour la philosophie, il ne s’en fait pas trop. Mais il doit réussir son bac pour continuer son parcours universitaire. Il aimerait partir étudier à Poitiers où il a déjà été accepté en DUT génie thermique et énergie.

Des élèves optimistes en filière professionnelle


Abdou Haidar et sa bande se marrent devant le lycée. Ils sont sortis tôt. Au moins une demie heure avant la fin de l’épreuve de français, la première pour les bacs professionnels. Pendant moins de deux heures, ils ont répondu à des questions de compréhension et d’analyse de textes. « Mais c’était facile » commente Bahati Adinani, 19 ans. Pour elle, « il suffisait d’être logique ! » Le plus dur sera le « bouquet final : l’épreuve de gestion, commente la bande. Pour celle-là il faut vraiment travailler beaucoup ! »
 
Un groupe d'élèves de terminale en série professionnelle réunis à la fin de la première épreuve du bac au lycée de Mamoudzou nord © Yoram Melloul
© Yoram Melloul Un groupe d'élèves de terminale en série professionnelle réunis à la fin de la première épreuve du bac au lycée de Mamoudzou nord
Pour les séries professionnelles, les résultats seront connus le 29 juin. Il faudra attendre jusqu’au 2 juillet pour les séries générales et technologiques.
 

Sur le même thème

  • bac

    BAC 2019 à Mayotte : les Chiffres

    Les épreuves de baccalauréat approchent, les élèves sont dans la dernière ligne droite, et  malgré la menace d’une grève des enseignants le 17 juin,  le vice rectorat de Mayotte s’apprête à organiser les examens dans la sérénité.

  • bac

    Un forum pour aider les nouveaux bacheliers à préparer leurs études hors de Mayotte

    Les bacheliers de Mayotte préparent leur départ pour les études supérieures, et leur installation en Métropole. Ils étaient conviés, mercredi dernier par le Département à un forum à Mroalé. Sur place ils ont pu recueillir toutes les informations utiles, pour leur départ.

  • bac

    Publication des résultats du bac : récit d’un fiasco

    Prévu lundi 2 juillet à 13h, les résultats des filières générales et technologiques du bac n’ont finalement été publiés que mardi à 12h. Les 3330 lycéens n’ont que peu été informés de l’évolution de la situation. Nous avons suivi ces longues heures avec les lycéens de Dembéni.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play