Maître Ahmed Idriss : « la justice ici est plus sévère qu’au niveau national »

zakweli
6188b825619d3_whatsapp-image-2021-11-08-at-08-38-41.jpeg
Maître Ahmed Idriss bâtonnier de l’ordre des avocats de Mayotte ©Y.D
Maître Ahmed Idriss, bâtonnier de l’ordre des avocats de Mayotte, était l’invité de Zakweli ce lundi.

31 avocats sont inscrits ici, en réalité c’est même moins, nous sommes une vingtaine à résider réellement dans le département. Vu la population d’environ 300 000 habitants, notre barreau pourrait accueillir 100 avocats.

 Il y a selon lui un problème d’attractivité, « il y a beaucoup de « turn-over » parce que des confrères sont déçus par les conditions de travail » ; « on n’a pas d’espace, les magistrats n’ont même pas de bureau. Cela ne permet pas un travail serein. Il faut donner plus de moyens à la justice ».

Le bâtonnier veut aussi rectifier une idée reçue selon laquelle la justice serait laxiste à Mayotte : « C’est un sentiment mais ce n’est pas vrai. En réalité la justice ici est plus sévère qu’au niveau national ». « Il ne faut pas croire que les mineurs n’ont pas peur de la prison, Majicavo n’est pas un hôtel comme certains voudraient nous le faire croire ».

L’avocat émet aussi des doutes sur l’idée d’une coopération judiciaire avec les Comores qui consisterait à y envoyer des délinquants, par exemple les passeurs, pour purger leur peine : « ce n’est pas possible et nous nous y opposerions, car les prisons comoriennes ne respectent pas la dignité humaine ».

Maître Ahmed Idriss, bâtonnier de l’ordre des avocats de Mayotte, était l’invité de Zakweli ce lundi.