publicité

Mayotte s'installe dans la grève générale

Les conséquences de deux semaines de grève générale et de blocage apparaissent peu à peu.

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le
Les premiers à s’être fait entendre sont les élèves. A deux mois des examens de fin d’année ils ont peur et ils le disent. Il n’y a plus de ramassage scolaire, leurs  bus ne font pas partie des véhicules autorisés à franchir les barrages. Et pratiquement tous les syndicats d’enseignants sont dans l’intersyndicale  à l’origine de la mobilisation.

Des voix s’élèvent pourtant pour dénoncer une entrave à la libre circulation, notamment de la part de petits patrons et de salariés du secteur privé. Mais ils ne font pas le poids devant la masse de fonctionnaires qui constituent la majorité des grévistes.
Dans les villages, les grands magasins ne sont pas encore en rupture de stocks, mais, dès le weekend dernier, les familles se sont empressées de faire des courses plus importantes que d’habitude. « On ne sait jamais ! » Le souvenir de la grande mobilisation contre la vie de 2011 et la pénurie de produits de premières nécessités est encore dans les esprits.  
Aussi, les poubelles ne sont plus ramassées et cela se voit et se sent de plus en plus.
Et pourtant, dans l’ensemble, la grève est toujours bien soutenue. D'ailleurs, les grévistes ne manquent pas de rappeler que ceux qui ne sont pas solidaires, seront heureux de profiter de ses retombées. Ce fut le cas dans le combat pour l’indexation selon eux.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play