publicité

Salim Naouda solidaire … avec la mobilisation contre la loi El Khomry.

Le code national du travail n’est pas intégralement appliqué à Mayotte, mais, pour le secrétaire général de la CGT Ma, il s’agit de prendre de l’avance. Ainsi la version qui sera appliquée dans le département sera celle qui sortira des mouvements et négociations en cours au niveau national.

© E Tusevo
© E Tusevo
  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le
Le mouvement du 30  mars prochain à Mayotte ne sera pas un mouvement de contestation de la loi El Khomry comme ce sera le cas en France métropolitaine le  30 mars.
 
A Mayotte, une intersyndicale composée de la cgt, fo, fsu, saem, solidaire et la cfdt se mobilise depuis le 3 octobre 2015 , pour « la justice et l’égalité sociale ». Mais, selon Salim Nahouda, quelques pancartes seulement rappelleront que Mayotte soutient la lutte contre la loi El Khomry. La CGT Ma appelle donc à se ranger derrière la Confédération Générale des Travailleurs.
 

D’autres préoccupations spécifiques seront aussi mises en avant lors de cette manifestation comme la lutte contre la violence et la délinquance.  Des phénomènes qui dégradent l’image de l’île à l’extérieur et qui seraient serait à l’origine du manque d’attractivité dont souffre Mayotte.
 
D’ailleurs, s’agissant de cette fameuse attractivité, le secrétaire général de la CGT Ma éxige à ce qu’elle soit étendue aux originaires de Mayotte installés en métropole et à la Réunion. Ils doivent aussi pouvoir prétendre à toutes les mesures d’incitations à (re)venir dans leur île . « Cela rejoint la lutte pour l’égalité  entre tous les travailleurs français », a rajouté Salim Nahouda.
 
Cela doit être valable dans les fonctions publiques ,  bien évidement, mais aussi dans le privé avec l’application des conventions collectives nationales , notamment.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play