Et le nickel reprend ses tours : les usines calédoniennes relancées

nickel
sln Doniambo
Dans l'usine de ferronickel SLN (Eramet) de Nouméa-Doniambo en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Le gouvernement philippin envisage toujours la fermeture de 20 mines de nickel. En réalité sur 41 mines, 11 seulement seraient aux normes. Au total ces fermetures représentent 223 000 tonnes de production d’équivalent métal soit 11 % de l’approvisionnement mondial. Le nickel monte à Londres.

La remontée des cours du nickel à Londres (10,525 $ par tonnes + 3,01 %) est liée à la diminution de la production des Philippines.
C'est un lundi au soleil à la bourse mondiale des métaux et dans la City. Le cours du métal a repris des couleurs après l’annonce par Manille de la probable fermeture d’une grande mine de nickel. Celle-ci est située dans la province orientale de Davao, elle est exploitée par la société Austral-Asia Link Mining Corp.

La mine de nickel de Pujada Hallmark à Mati, exploitée depuis janvier, se trouve sur des terres coutumières, entre une zone de protection maritime et un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. A Manille, Regina Lopez, la secrétaire d’Etat aux ressources naturelles et à l’environnement a qualifié de « folie » les conditions d’exploitation minière menées par Austral Asia, une société à capitaux chinois. «  Je sais que leur autorisation va être supprimée et qu’elle n’aurait jamais dû être accordée » conclue Madame Lopez. Le regain de détermination affichée par Manille a suffi à rassurer le marché du nickel.


Eramet grimpe en bourse. Glencore et Vale aussi

A Paris, dans le sillage de la politique minière des Philippines, Eramet réalise son plus haut cours boursier de l’année, à plus de 40 euros, enregistrant une progression de 6,43 % à 18 heures GMT. Au passage, la capitalisation du premier producteur mondial de ferronickel a refranchi le cap symbolique du milliard d’euros. Le groupe minier et métallurgique français vient de combler ses besoins en fonds propres à hauteur de 100 millions d’euros. Il a aussi assuré le refinancement de la Société Le Nickel (SLN) avec le soutien actif de l’Etat qui a validé un prêt de 200 millions d’euros. De leur côté, les multinationales anglo-suisses et canado-brésiliennes en Nouvelle-Calédonie progressent aussi. Glencore monte de 1,97 % et Vale de 4,40 %.