17ème gouvernement, avenir institutionnel, usine du Sud : l'UC fait le point

politique
daniel goa jt

Daniel Goa était l'invité politique du journal télévisé ce dimanche, en direct de nos studios de Koné. Durant l'entretien, il a été question du 17ème gouvernement, du budget, de l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie et du dossier de l'usine du Sud. 

Le 17ème gouvernement n’est toujours pas opérationnel. Le 2 février dernier, l'UC et l'UNI font chuter le gouvernement Santa avec la démission de leurs membres au sein de l’exécutif.  "Un déni de démocratie" s’insurgeait l’Avenir en confiance, d’autant que les indépendantistes étaient désormais majoritaires au sein de ce nouveau gouvernement collégial.

"Si aujourd'hui il y a 6 élus indépendantistes et 5 non-indépendantistes, ce n'est pas un déni de démocratie c'est le résultat de ce que le peuple a voté" indique Daniel Goa. "Je fais un appel aux loyalistes pour dire que notre pays, quelque que soit la majorité devant, c'est à nous de faire en sorte que notre pays soit en marche" ajoute-t-il. 

Quelle présidence pour le 17ème gouvernement?

A deux reprises, sur convocation de l’Etat, impossible d’élire un président du gouvernement et un vice-président faute d’une candidature unique côté indépendantistes. Depuis, deux mois se sont écoulés, laissant le gouvernement Santa gérer les affaires courantes. "Nous avons fait un grand pas dans la discussion, nous avons habilité le secrétariat général à discuter de la présidence du gouvernement, on est à un point où c'est difficile de s'entendre"

Deux phénomènes météorologiques, une alerte tsunami, et le reconfinement de la population...un statu quo qui a poussé, Jacques Lalié, le président UC de la Province des îles a proposé la mise en place d’un gouvernement provisoire. A la question de savoir s'il y a des désaccords au sein du parti, Daniel Goa répond : " Il n'y a pas de points de désaccords, nous avons un candidat par rapport à notre vision des choses"

La situation du budget

Pour rappel, le budget de la Nouvelle-Calédonie n’a pas été voté et l’Etat, à partir du 31 mars, arrêtera un budget pour la Calédonie, sur avis de la chambre territoriale des comptes. 

"C'est une bonne chose que le budget soit repris en main par la Cour des comptes et l'Etat, nous sommes dans la perspective de construire un nouveau pays et sur ce point-là, il faut déjà faire un point zéro et le point zéro, c'est la cour des comptes qui va nous l'amener : une sorte d'audit sur 40 années de gestion par la droite de notre pays" indique Daniel Goa.

Ce jeudi 1er avril, les membres de l’exécutif seront de nouveau convoqués par l’Etat pour élire le président du gouvernement et son vice-président...restera ensuite à répartir les différents secteurs.

Usine du Sud

Le contrat de cession de l’usine du Sud doit être signée la semaine prochaine.

Concernant l’accord politique signé avec la province Sud : quel est le poids de cet accord dans la stratégie économique que fixera Prony resources et Trafiguera sur trois ans, sachant que c’est une production de NHC qui est annoncée, que la raffinerie reste fermée et que l’exportation de minerai du gisement de Goro n’a pas du tout été évoquée dans l’accord politique ?

"Nous quand on a été sollicité au FLNKS, aucun cadrage n'a été fait, donc on arrive avec des discussions qui sont toujours en cours. Les revendications sur lesquelles on est parti au départ... on n'a pas été entendu, on a été écarté des discussions. Nous avions des propositions à faire et nous n'avons pas été pris en compte dans les débats" explique Daniel Goa.

Avenir institutionnel

Dès le mois d'avril 2021, les élus du Congrès seront en mesure de demander la tenue d'un troisième référendum. Dans le contexte actuel, quelles sont les conditions pour que le FLNKS revienne à la table des discussions sous le format Leprédour ?

Pour l'UC, il ne faut pas se presser. "Cela fait deux comités des signataires qu'on a demandé à l'Etat de nous fournir les documents nécessaires, pour les conséquences du oui ou du non. Aujourd'hui, nous disons que le problème de l'usine du sud n'est toujours pas réglé, nous avons encore des affaires en justice... Il ne faut pas se presser d'aller sur les discussions politiques si les choses dans le pays ne sont pas réglées" indique Daniel Goa.

L'interview complète, avec Nadine Goapana, à retrouver ici.