publicité

Affaire Cahuzac: l'ancien gendre de Jacques Lafleur cité !

Dans un article du Monde consacré aux liaisons dangereuses de Jérôme CAHUZAC ,apparaît le nom de l'ancien gendre de Jacques Lafleur ainsi que celui de l'ancien député de la Nouvelle-Calédonie.

  • Par Gonzague de La Bourdonnaye
  • Publié le , mis à jour le
Difficile de savoir jusqu'où ira l'affaire CAHUZAC  mais il apparaît, dans les relations parfois sulfureuses de l'ancien ministre du budget , des noms qui remontent jusqu'à la Nouvelle-Calédonie. Ainsi, aux côtés d'un ancien membre du GUD et collaborateur personnel de l'actuelle Présidente du front National Marine Le Pen, Philippe Péninque, suspecté d'avoir ouvert le compte singapourien de Jérôme Cahuzac en 1992, on retrouve celui de Lionel QUEUDOT, gestionnaire de fortunes qui permettra à Jacques Lafleur de récupérer d'importantes sommes d'argent placées ....dans des mines au Pérou juste avant que l'opération ne vire au fiasco total. Un homme dont on entendra parler à plusieurs reprises, par la suite, notamment pour son rôle joué dans la délivrance d'un vrai-faux passeport à Alfred SIRVEN, l'ex numéro deux de la société ELF, alors en fuite aux Philippines et aujourd'hui décédé.
Selon le journal "Le Monde", un autre nom "calédonien" figure également dans les relations troubles de Jérôme Cahuzac , ayant contribué à ces même  investissements off shore, non déclarés, de l'ancien homme fort de Bercy: Benoît André, dit "Petit Benoît".
En Nouvelle-Calédonie, ce n'est pas un inconnu puisqu'il fut le gendre de Jacques Lafleur et premier mari d'Isabelle Lafleur, actuellement Présidente du RPC, le Rassemblement pour la Calédonie et fille de l'ancien député.
Si Isabelle Lafleur  n'a strictement rien à voir avec cette affaire, son premier mari Benoît André l'est pour son appartenance à ce qu'il convient d'appeler  la "bande du GUD", formation étudiante d'extrême droite très virulente dans les années 70, qui fréquentait alors le couple CAHUZAC. Benoît André aurait notamment contribué à jouer les rabatteurs auprès de clients fortunés pour investir au Pérou, dans trois opérations minières dont la dernière vire au fiasco avec la chute des cours.Selon un financier interrogé par le journal "Le Monde" ,les revenus générés par ces opérations annoncées comme juteuses atterrissaient... sur un compte UBS à l'étranger.
Seuls quelques chanceux, dont Lionel Quedot et Jacques Lafleur,récupéreront leur mise selon le quotidien du soir. Les autres passeront leurs mises de départ ... par pertes et profits.


Retrouvez l'article du Monde ICI.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête