Edmond Bowen, le président de la Fédération Calédonienne de Football est dans le viseur de la FIFA

football
Football : Bowen
©NC 1ère
Dans un courrier envoyé à Edmond Bowen, la Fédération Internationale de Football indique avoir une preuve, à moins qu’elle ne soit réfutée, d’une violation de son code d’éthique par le dirigeant calédonien. Une information NC 1ère.
Il s’agit d’un fax envoyé le 9 juillet dernier signé par Benoît Pasquier, secrétaire adjoint de la chambre d’instruction de la commission d’éthique de la FIFA. Ce dernier indique qu’après une enquête préliminaire, une procédure d’instruction a été ouverte, "en relation avec la déclaration d’intégrité envoyée (par Edmond Bowen) le 11 avril 2013".
 
Une déclaration transmise juste avant le 63e Congrès de la FIFA à l’Île Maurice au cours duquel le président de la Fédération Calédonienne, a été réélu au sein de la commission de discipline de la FIFA. 
 
Mais cette déclaration d’intégrité ne peut être signée que par un dirigeant qui n’a jamais été condamné à une peine ferme pour infraction intentionnelle très grave ou pour une infraction correspondant à une violation du code d’éthique de la FIFA. Or le 17 décembre 2010, la Cour d’Appel de Nouméa a condamné Edmond Bowen à un an de prison avec sursis, et une peine de faillite personnelle pendant 10 ans, ainsi que 36 mois de mise à l’épreuve.
En 2007, celui qui était alors président de la section football de l’AS Magenta avait également été condamné pour des menaces de mort à l’encontre d’un cadre de la mairie de Nouméa. 
 
Ces informations figuraient-elles sur la déclaration d’intégrité transmise à la FIFA ? L’enquête menée par la plus grande organisation sportive au monde, le dira sans doute...
 

Le reportage de Sylvain Duchampt et de Robert Tamanogi de NC 1ère.