publicité

Les chiffres IEOM du deuxième trimestre 2013: le ralentissement de l’économie calédonienne se confirme

La note de l’IEOM (l’Institut d’Emission d’Outremer)pour le 2e trimestre 2013 entérine une dégradation de la conjoncture, au-delà du secteur emblématique du BTP. La confiance des chefs d’entreprises est au plus bas, en recul pour le troisième trimestre consécutif.

  • Par Angélique Souche
  • Publié le
Faute de lisibilité économique et politique, les chefs d’entreprises ont réduit un peu plus la voilure en matière d’investissement, - 0,5 % , mais surtout réservent leur achats d’équipements et de véhicules – 7 % sur le trimestre.

Même prudence observée du côté des ménages, qui dans l’expectative préfèrent concentrer leur dépenses sur l’essentiel et le court terme. Ainsi, les importations de biens de consommations courante et d’articles d’habillement ont progressé, alors que celles des biens d’équipements de la maison, électroménager notamment, diminuent de presque 3%. La chute est encore plus spectaculaire en ce qui concerne les voitures neuves, -7,6 % sur le trimestre.

Autre indicateur symptomatique : le nombre de personnes frappées d’interdiction bancaire. Un chiffre en progression de près de 6 % sur les trois derniers mois, qui témoigne d’une vulnérabilité croissante des ménages les plus modestes.
Des comportements qui s’expliquent aussi par l’atonie du marché du travail. Le nombre de demandeurs d’emploi se stabilise, en revanche les nouvelles offres d’emploi reculent de 19 % ce trimestre.

Les perspectives pour la fin de l’année ne sont pas très encourageantes : le pessimisme reste de rigueur dans les secteurs du BTP, de l’hôtellerie, du tourisme et dans une moindre mesure du nickel avec un nouveau recul des cours annoncé. Seules les activités agricoles de la pêche et de l’élevage restent bien orientées.  

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play