nouvelle calédonie
info locale

Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Hollande

politique
François Hollande
©NC1ère
La conférence de presse du président de la République François Hollande a été retransmise en direct en Nouvelle-Calédonie sur la chaîne de NC1ère. Retrouvez ici les temps forts. 
Ce mardi, le Président de la République française François Hollande a tenu sa troisième grande conférence de presse. Retrouvez ici les temps forts de la conférence. 
 

- Fin des cotisations familiales pour les entreprises

Le Président de la République François Hollande a tout d’abord rappelé les grandes lignes de son « pacte de responsabilité ». François Hollande a exprimé son engagement visant à alléger les charges des entreprises. Les mesures qui doivent être prises par le gouvernement français visent d’abord à faire baisser le « coût du travail ». Pour ce faire, le Président a annoncé la suppression des cotisations familiales pour les entreprises d’ici 2017. Une telle mesure doit permettre une baisse des charges d’environ 35 milliards d’euros. 
##fr3r_https_disabled##

 

- Réduction de la dépense publique

« Le 31 décembre, lors des vœux aux Français, j’ai indiqué ma volonté de réduire la dépense publique. Pourquoi ? Non pas parce que c’est un but en soi, mais parce que c’est le passage obligé pour réduire le déficit public. C’est la condition de réussite du pacte de responsabilité. La dépense publique a été maîtrisée en 2013. En 2014, nous allons réaliser 15 milliards d’économies. »
 

- Nouvelles responsabilités pour les régions

« Les régions se verront confier des nouvelles responsabilités et un pouvoir local réel d’adaptation. Une qualification stricte des compétences. Les régions dont le nombre peut évoluer, il n’y a pas de raison à ce qu’il soit le même dans quelques années. Les départements des grandes aires métropolitaines devront être redéfinis. »
 

- Un pas de plus vers la légalisation de l’euthanasie 

Alors que certains pays, comme la Suisse, ont légalisé depuis longtemps l'euthanasie, la France, n'a pas encore tranché en la matière. François Hollande a exprimé son souhait qu’une loi permette prochainement aux personnes atteintes de maladies incurables de demander, une "assistance médicalisée pour terminer sa vie en dignité". Une procédure qui devra se dérouler dans un cadre « strict ». 
##fr3r_https_disabled##

 

- Réduire la consommation de médicaments en France

François Hollande a annoncé vouloir réduire les excès et les abus en termes de prescriptions médicales et de consommation de médicaments. 
« J’ai dit que nous devions lutter contre les excès et les abus. Ce qu’il faut, c’est réduire la multiplication des prescriptions, des médicaments qui nous font battre un record de consommation. »
 

- Réaction suite à l’affaire Dieudonné

François Hollande a apporté son soutien à son ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui avait décidé interdire le spectacle "Le Mur" du polémiste Dieudonné, jugé antisémite.
« L’antisémitisme, le racisme, la xénophobie seront pourchassés. La loi sera appliquée partout et sans faiblesse. Mais la liberté de réunion, d’expression, de création ne peut s’en trouver en aucune façon diminuer. Sauf circonstance exceptionnelle: lorsque la liberté des personnes est en cause. C’est la raison pour laquelle nous sommes intervenus. »
 

- Pensée pour les otages

François Hollande a conclu son discours d’introduction avec « une pensée particulière pour Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres qui ne sont pas là, quatre journalistes retenus en otage ».
 

- "Les affaires privées se traitent en privé"

La séance de questions-réponses avec les journalistes a débuté par la polémique suite aux révélations récentes du magazine Closer. Ce dernier avait révélé une relation supposé entre le chef d’Etat et l’actrice Julie Gayet. "Les affaires privées se traitent en privé" a été la réponse faite par le Président au journaliste du Figaro Alain Barluet qui l'interrogeait sur cette affaire. 
 

- Pas de statut de première dame

Enfin, pour le Président, le statut de première dame n’est pas défini. 
« Il n’y a pas de statut du conjoint du chef de l’Etat. Il y a une pratique qui varie selon les périodes et les personnalités. C’est un usage. Les moyens qui sont consacrés au conjoint doivent être connus et publiés ».
##fr3r_https_disabled##

 


Publicité