L'Intersyndicale contre la vie chère dénonce le rejet de la TGA

politique
Manifestation de l'Intersyndicale contre la vie chère
Manifestation de l'Intersyndicale contre la vie chère en novembre 2013 ©NC1ère
Le rejet du projet de texte sur la TGA par le Congrès de Nouvelle-Calédonie vendredi dernier a fait réagir l'Intersyndicale contre la vie chère, qui déplore l'attitude des élus. 
L’Intersyndicale contre la vie chère est montée au créneau mardi, suite au rejet du projet de loi de pays devant instaurer la Taxe générale sur les activités (TGA). 
 
Le texte, présenté à l’ordre du jour de la séance publique du Congrès vendredi dernier, a recueilli l’opposition de Calédonie Ensemble et l’abstention des autres formations et groupes politiques.
 
Jean-Pierre KABBAR, membre de l’Intersyndicale, a fait part de sa déception au micro de NC1ère (propos recueillis par Cédrick Wakahugneme). 

Intersyndicale contre vie chère sur TGA


Invité au JT de NC1ère, Joao D'Alméida, porte-parole de l'Intersyndicale contre la vie chère, répond aux questions de Nathalie Daly. Il parle d'un "manque de courage politique" de la part des élus. 

Joao D'Almeida, invité du journal télévisé du 21/01/14 from NC 1ère web on Vimeo.


L’instauration de la TGA est une pièce clé du combat de l’Intersyndicale contre la vie chère. Ses membres s'engagent à maintenir la mobilisation jusqu’à l’approche des échéances prochaines et même au-delà. "On obtiendra cette réforme de la fiscalité coûte que coûte" est le mot d'ordre circulant dans les rangs. 

En plus du rejet du texte par les élus du Congrès, les syndicats dénoncent aussi deux événements ayant, à leurs yeux, privé la réforme des outils nécessaires pour qu'elle puisse être mise en place. 
 
Le retrait de Stéphanie Bouteux, ancienne directrice des services fiscaux, est considéré par l'Intersyndicale comme une manoeuvre visant à "décapiter" ce service. Enfin, le retour précipité et inexpliqué à Paris de l'expert missionné par Bercy, Jean-Pierre Lieb, "suite à des pressions et des menaces du gouvernement" est aussi vivement critiqué. 
             
L’intersyndicale entend donc bien maintenir sa mobilisation. Et promet aussi que si la taxe venait à être votée pour entrer en vigueur le 1er janvier 2015, elle se battra alors pour une prorogation du gel des prix jusqu’en juillet 2015.