La dengue de type 3 refait surface

santé
virus de la dengue
SKU / SCIENCE PHOTO LIBRARY Enveloppe du virus de la dengue (modélisation informatique)
Depuis 1996, elle avait disparu de Nouvelle-Calédonie. En provenance de Polynésie et du Vanuatu, la dengue de type 3 refait actuellement surface et pourrait provoquer une nouvelle épidémie. 
Le deuxième cas de zika autochtone, diagnostiqué en fin de semaine dernière à Koutio, suscite déjà des inquiétudes quant à une possible propagation du virus sur le territoire calédonien. Mais depuis maintenant plusieurs années, c’est encore la dengue qui reste au coeur des préoccupations. 

La dengue est l’arbovirose la plus répandue dans le monde. Près de la moitié de la population mondiale est exposée au risque, avec 2,5 milliards de personnes. Chaque année, on recense environ 50 millions d’infections. 
 
Depuis quelques temps, il est question en Calédonie de la dengue de type 3, en provenance du Vanuatu et de Polynésie. Celle-ci avait disparu du territoire depuis 1996, année au cours de laquelle elle avait fait cinq morts sur la Caillou. 

Il existe cinq types distincts de dengue ou sérotypes, qu’on classifie à l’aide de chiffres : la DENV-1, 2, 3, 4 et 5. Ces types sont tous apparentés et les patients présentent les mêmes signes cliniques : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, nausées et éruptions cutanées. 
 
En Polynésie, la dengue de type 3 est présente depuis début 2013. Le premier cas aurait été importé de la Guyane par une touriste. 
 
Au Vanuatu, d’après le site du Ministère des affaires étrangères français, le nombre de cas de dengue est en augmentation depuis le début de l’année 2014 à Port-Vila, avec 15 cas répertoriés officiellement à l’Hôpital central de Port-Vila au 17 janvier. Il n’est cependant pas précisé de quel type de sérotype il s’agit. 
 
Une personne infectée par un type de dengue se retrouve immunisée à vie contre ce même sérotype. Par contre, il n’existe pas de protection immunitaire croisée entre les types. Une personne peut donc potentiellement contracter les cinq cas de types de dengue au cours de sa vie. 
 
Au-delà des sérotypes, la dengue diffère aussi au niveau de sa forme. Il en existe deux, bien distinctes : la forme bénigne, la plus répandue, qui est apparue il y a environ 200 ans et provoque une fièvre bénigne, et une forme plus grave, identifiée après la seconde Guerre Mondiale, et qui provoque une fièvre hémorragique.
 
Dans la majeure partie des cas, la guérison survient au bout d’environ une semaine. Mais des infections ultérieures par d’autres séréotypes augmentent le risque de développer une dengue sévère.

"Depuis 1996, il n’y a plus de dengue de type 3 en Nouvelle-Calédonie", explique le docteur Jean-Paul Grangeon, médecin inspecteur à la direction des affaires sanitaires et sociales de la Nouvelle-Calédonie (DASS). "La population n’est pas immunisée". 

Une personne ayant déjà contracté un type de dengue et qui viendrait à en contracter un autre, se trouve beaucoup plus exposée à des risques de dengue hémorragique. C'est donc le danger que représente un retour de la dengue de type 3 sur le territoire calédonien. 
 
D'une manière générale, le virus de la dengue est porté par des moustiques du genre Aedes, le plus souvent Aedes aegypti. L’être humain infecté est ensuite le principal porteur du virus. Il sert en effet de source de contamination pour les moustiques qui ne sont pas encore infectés. En l’absence de vaccins, la prévention, grâce à la destruction de gîtes larvaires et l'utilisation de répulsifs, reste la seule arme pour éviter la propagation de la maladie. 

Retrouvez le reportage en images de Karine Arroyo et Christian Sfalli : 

Alerte dengue 3 from NC 1ère web on Vimeo.