nouvelle calédonie
info locale

Un code de la route spécial Nouvelle-Calédonie

sécurité routière
code de laroute
©NC 1ère
Un ouvrage regroupant le code de la route national et les règles de conduite propres à la Nouvelle-Calédonie vient de paraître. Un nouvel outil qui permettra peut-être d'améliorer les mauvais résultats des candidats calédoniens aux épreuves du permis de conduire.
La Nouvelle-Calédonie a ses particularités juridiques dans presque tous les domaines, même sur la route!
La compétence "code de la route" est une compétence partagée entre l'Etat et le territoire, il existe donc des règles de conduite spécifiques dans l'archipel. 
Par exemple, contrairement à la métropole, l'ambulance est un véhicule prioritaire sur les routes calédoniennes, la vitesse est limitée à 110 km/h hors agglomération contre 90 ou encore il est formellement interdit de n'utiliser que les feux de position pour circuler en agglomération, les feux de croisement sont obligatoires!
 
Pour tenter d' y voir plus clair, le code de la route et national ne font désormais plus qu'un, grâce à la parution récente d'un ouvrage destiné aux candidats aux permis. Ce projet financé par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a permis d'imprimer 5500 exemplaires qui seront vendus à 1000 francs l'unité (420 francs cfp pour les professionnels).

Erik Dufour et Christian Favennec nous présente en images ce code la route "calédonien".


Même si ce code de la route version "locale" devrait faciliter l'apprentissage, le défi à relever pour augmenter les pourcentages de réussite aux épreuves du code est immense.
 
Entre 20 et 35 % de candidats admis à l'épreuve du code de la route, c'est la moyenne annuelle calédonienne! Des résultats très inférieurs à ceux de l'Hexagone.
Une situation qui s'explique en partie par le faible niveau de certains candidats en français. Au cours de ces dernières années, certaines questions à la terminologie jugée trop complexe ont d'ailleurs été retirées des épreuves. Mais cet "allégement" du langage ne doit pas laisser penser qu'il s'agit d'un "permis cocotier" car les candidats n'échappent aux fameuses 40 questions tirées au sort qui incluent notamment la circulation sur autoroute ou par temps de neige!
 
Mais la faiblesse de la maîtrise de la langue française ne peut pas justifier à elle seule, ce manque de réussite flagrant à l'épreuve du code la route. Certaines méthodes utilisées par les auto-écoles sont aussi pointées du doigt, l'auto-formation devant un écran avec un rétro-projecteur ou avec l'aide de son ordinateur ne peuvent pas remplacer les précieux conseils d'un moniteur.
 
Publicité