Les recours pour les municipales: le point dans les communes concernées

élections municipales
recours mairies 2/04
©NC 1ère
Au lendemain des élections municipales, plusieurs irrégularités ont été dénoncées et concernent notamment  les communes de Lifou, Ponérihouen, ou encore Ouvéa. Qui est à l’origine de ces contestations ? Le point sur les recours.

A Lifou, c’est le Parti Travailliste, très remonté, qui est à l'origine de la contestation. Selon Louis Kotra Urégeï, le règlement de l’élection n’a pas été respecté. Il évoque aussi une pression psychologique sur les votants, due à la présence de certaines personnes à l’intérieur et à l’extérieur du bureau de vote. Et enfin le leader du Parti Travailliste affirme avoir  constaté des détournements et falsifications de procurations.
Un recours auprès du tribunal administratif et une plainte au pénal pour fraude électorale seront donc déposés jeudi par l’avocat du Parti Travailliste.
Par ailleurs, des recours pour deux autres communes de la côte Ouest, dont les noms n’ont pas été communiqués, sont envisagés par Louis Kotra Urégeï.
 
Calédonie Ensemble de son côté ne souhaite pas encore s’exprimer publiquement. Mais un recours est à l’étude concernant le scrutin de Païta.
 
Concernant les autres communes, les contestations se sont limitées à des observations....
Comme celles, entre le premier et le second tour, de Pierre-Chanel Tutugoro, tête de liste UC-Palika à Ponérihouen. Il a obtenu de la liste "Vivre Ensemble" qu’il modifie le texte et le format de ses bulletins et fait constater l’utilisation abusive d’un véhicule du gouvernement pour mener la campagne d’Astrid Gopoéa.
 
Enfin à Ouvéa, Simon Louéckhote, tête de liste L’Autre Voix, a signalé dans le procès verbal de dépouillement certains cas de votes sans pièces d’identités. Mais fautes d’éléments probants suffisants, il n’a pas demandé l’annulation du scrutin.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live